BFM Business

Air France se pose à Téhéran pour la première fois depuis huit ans

"Air France a rouvert dimanche sa liaison Paris-Téhéran, suspendue depuis 2008 en raison des sanctions internationales imposées contre l'Iran. A son bord, le ministre des transports avec les délégations de la SNCF, de Vinci et d'Alstom."

Le vol AF738 qui a décollé de Roissy-Charles de Gaulle à 12H24 (10H24 GMT) ce dimanche s'est posé sur l'aéroport de Téhéran en fin d'après midi.

A son bord le ministre des Transports Alain Vidalies, accompagné d'une délégation d'une quinzaine d'entreprises, parmi lesquelles la SNCF, le groupe de BTP et concessions Vinci ou encore le constructeur Alstom venus rencontrer les dirigeants et les industriels iraniens.

Dès demain, Alain Vidalies assistera à l'inauguration de l'agence d'Air France dans la capitale iranienne, selon la compagnie aérienne.

La compagnie aérienne française avait annoncé en décembre la réouverture de cette liaison à raison de trois vols hebdomadaires, après l'accord international conclu en juillet sur le programme nucléaire iranien qui a ouvert la voie à la levée des sanctions internationales visant Téhéran.

Appel au volontariat dans le personnel féminin

Mais la reprise de ces vols a été précédée par une polémique, relayée par les médias début avril, après que la compagnie tricolore a demandé dans une note interne à son personnel féminin de se conformer à la loi iranienne sur le voile, c'est-à-dire notamment l'obligation pour les hôtesses de porter un voile couvrant les cheveux dans les lieux publics après leur descente d'avion.

Finalement, Air France a accédé aux demandes des syndicats en affectant sur les rotations Paris-Téhéran seulement des personnels féminins volontaires.

Un refus de vol des hôtesses sera sans conséquences sur leur rémunération, ne sera pas inscrit dans leur dossier personnel et n'entraînera pas de déstabilisation de leur planning, ont souligné les syndicats qui vont se montrer vigilants sur l'application de cet accord.

BFM Business avec AFP