BFM Business

Air France: la direction confirme la suppression de 7.580 postes

Selon Les Echos, "le plan de reconstruction d'Air France (...) devrait compter de 8.000 à 10.000 suppressions d'emplois, soit 15% à 20% des effectifs de groupe".

Selon Les Echos, "le plan de reconstruction d'Air France (...) devrait compter de 8.000 à 10.000 suppressions d'emplois, soit 15% à 20% des effectifs de groupe". - AFP

6.560 emplois sur 41.000 (CDI équivalents temps plein) seront supprimés d'ici 2022 au sein de la compagnie tricolore et 1.020 sur 2.420 chez Hop!, sa marque régionale.

C'est donc officiel. La direction du groupe Air France a annoncé lundi vouloir supprimer 7.580 postes dans la compagnie Air France et la filiale régionale Hop! d'ici fin 2022 pour "faire face à la crise du Covid-19 qui frappe durement le groupe".

Elle prévoit la suppression de 6.560 emplois sur 41.000 (CDI équivalents temps plein) au sein de la compagnie tricolore et de 1.020 postes sur 2.420 chez Hop!, a-t-elle indiqué dans un communiqué à l'issue de réunions avec les représentants du personnel des deux compagnies, confirmant des informations obtenues mardi de sources syndicales par l'AFP.

Les départs naturels compteront pour moitié

"Les nombreux départs naturels prévus sur la période (plus de 3.500) permettront de compenser plus de la moitié de cette réduction d'emplois grâce à une pyramide des âges favorable", avance la compagnie.

"Pour Hop!, (...) en prenant en compte les départs naturels estimés, le sureffectif reste d'environ 820 à fin 2022", indique Air France.

Pas de retour à la normale avant 2024

Rappelons que la compagnie dont le chiffre d'affaires a chuté de 95% pendant trois mois a bénéficié d'un plan d'aide de l'Etat de 7 milliards d'euros, dont 4 milliards de prêts bancaires garantis à 90% par l'Etat et 3 milliards de prêts directs de l'Etat, avec en contrepartie des engagements sur l'amélioration de sa rentabilité et de la politique du groupe sur le plan environnemental.

"Au plus fort de la crise, la compagnie a perdu 15 millions d'euros par jour", souligne le groupe, notant que "la reprise s'annonce, très lente en raison des nombreuses incertitudes qui persistent sur la situation sanitaire, la levée des restrictions de voyage et l'évolution de la demande commerciale". "Sur la base d'hypothèses de reprise ambitieuses", Air France prévoit que le niveau d'activité de 2019 ne reviendra pas avant 2024.

OC avec AFP