BFM Business

77e jour de grève sur la ligne SNCF Lyon/St-Etienne

-

- - -

Le ras-le-bol des usagers de la ligne SNCF Lyon-Saint-Etienne. Les cheminots sont en grève depuis bientôt trois mois. 200 passagers ont bloqué les voies pendant 4 heures hier mardi, en gare de Givors, juste avant Lyon, lorsqu'ils n'ont pas pu monter dans le train, faute de place.

Une assemblée générale des syndicats Sud-Rail et Force Ouvrière est prévue ce mercredi matin à Saint-Etienne, pour décider de la poursuite ou non du mouvement. Les cheminots de toute la région s’opposent au regroupement à St-Etienne des conducteurs, contrôleurs et agents de gare sur un seul site. Ils craignent des pertes d’emplois et la privatisation - à terme - de ce nouveau centre opérationnel.
Mais au-delà de la grève, les usagers – 20 000 en moyenne tous les jours, dénoncent des conditions de transport exécrables depuis longtemps. Une réunion doit avoir lieu prochainement entre la direction régionale de la SNCF et les usagers.

« On a payé nos abonnements, pour un service qui est médiocre ! »

Travailler à Lyon et habiter à Saint-Etienne. C'est aujourd'hui le parcours du combattant. Les trains sont en retard ou n'arrivent jamais. Et lorsqu'ils se présentent, encore faut-il pouvoir monter. Olivier, un usager : « L’exemple type c’est le train qu’on a devant nous ; d’habitude il roule à 6 wagons, aujourd’hui il est à 3 ; pourquoi ? Là il y a un chauffeur puisqu’il y a un train qui roule, donc on peut très bien accrocher 9 caisses les unes derrière les autres, on peut très bien transporter tout le monde ! ».
Pour Nicole, ç'en est trop : « On a payé nos abonnements, pour un service qui est médiocre ! On prendrait plus de mesures pour transporter du bétail dans de meilleures conditions ! ».

Vers un « blocage des TGV » ?

Et les usagers exaspérés ont prévu de taper plus fort si rien ne bouge, comme l’explique Camille : « Malheureusement on nous pousse à bout et une des situations les plus gênantes c’est d’aller bloquer des TGV, parce qu’on sait que ça posera des vrais problèmes ».
La SNCF est prévenue.

La Rédaction, avec Amélie Rosique