BFM Business

Seulement 32% des salariés critiquent la gestion de la crise par leur employeur

Pour limiter les risques de contagion, les DRH ont déployé en express un arsenal de mesures pour assurer la continuité du travail. Des choix stratégiques qui n'ont pas toujours eu pour conséquence de renforcer l'adhésion des collaborateurs.

Les salariés sont-ils satisfaits de la manière dont leur employeur gère la crise? Si l'on en croit une étude réalisée par HelloWork que BFM Business révèle en exclusivité ce lundi, il semblerait que "oui". Mais pas tous.

Dans son enquête*, ce spécialiste de l'emploi, du recrutement et de la formation sur Internet met en exergue le fait qu'en ces temps de confinement, 58% des personnes sondées considèrent que leur entreprise a une bonne gestion globale de la crise. Ils sont un tiers (32%) à estimer que cette période est, à l'inverse, mal gérée par leur employeur. Seul 1 salarié sur 5 pense que la mise en place du télétravail a été très bien gérée.

Dans le détail, HelloWork révèle que 21% des personnes sondées soulignent une "très bonne gestion" de la mise en place du télétravail. Elles sont 13% à penser que leur employeur a su instaurer "une très bonne communication interne pendant la crise" et 14% à considérer que la gestion des dispositifs administratifs et légaux a été très bonne.

86% des salariés déçus en quête d'un nouveau job

Du côté des 32% de sondés qui estiment que la crise se révèle mal gérée par leur entreprise, ils sont 29% à avoir une opinion qui s'est détériorée vis-à-vis de leur employeur durant cette période. Seuls 19% d'entre eux ont une meilleure opinion de leur employeur.

Qu'importe la période de confinement, les collaborateurs déçus et candidats au mouvement ne sont pas freinés dans leurs envies de postuler au sein d'autres entreprises. Ils sont 86% à être enclins à postuler dans une autre société. 29% des sondés ont même intensifié leurs recherches, détaille HelloWork.

De toute évidence, cette période de confinement est propice à l'introspection puisque parmi les motivations au départ, les personnes interrogées évoquent en premier lieu une prise de conscience de nouvelles envies (elles sont 28% à penser ainsi). La disponibilité (27%) et la mauvaise gestion de la crise et du confinement par l'entreprise (20%) constituent les deux autres raisons ayant pour conséquence d'accroître les recherches d'emplois.

*Cette enquête a été réalisée en ligne du 6 au 9 avril 2020 auprès d’un panel de 1.015 actifs en poste, utilisateurs des sites HelloWork, tous en recherche d’un autre emploi avant le confinement.

Julie Cohen-Heurton