BFM Business

Viadeo sous la menace d'un redressement fiscal

Le réseau social professionnel dirigé par Dan Serfaty a fait part d'un redéploiement stratégique passant par l'abandon de sa filiale en Chine, ainsi que par la fermeture en 2016 d'un centre informatique aux États-Unis

Le réseau social professionnel dirigé par Dan Serfaty a fait part d'un redéploiement stratégique passant par l'abandon de sa filiale en Chine, ainsi que par la fermeture en 2016 d'un centre informatique aux États-Unis - WANG ZHAO / AFP

Alors que Viadeo se retire de Chine et se recentre sur la France, le réseau social professionnel est sous le coup d'un redressement fiscal de Bercy visant sa filiale américaine.

Une bonne nouvelle pourrait bien en cacher une mauvaise pour Viadeo. Le réseau social professionnel a confirmé l'abandon de sa filiale en Chine, doublé par la fermeture d'un centre informatique aux États-Unis, deux décisions conformes à sa stratégie de recentrage sur la France. La société, qui avait déjà évoqué l'idée de se retirer du marché chinois, a confirmé la cessation des activités de sa filiale Tianji à la fin de l'année.

Son entrée en Bourse en 2014 n'avait pas permis de lever les fonds nécessaires pour investir massivement dans le pays où il est implanté depuis 2008 et où il compte plus de 25 millions de membres, explique l'entreprise. Ce manque de ressources aurait été d'autant plus contraignant que le "marché chinois des réseaux professionnels s'est considérablement transformé au cours de ces derniers semestres, notamment avec l'explosion du mobile qui a entraîné des changements profonds des usages" explique la direction de l'entreprise. Son développement consommait 7 à 8 millions d'euros par an, indiquait son PDG, Dan Serfaty, mi-décembre 2015.

La nouvelle a été favorablement accueillie par la Bourse, ce jeudi 24 décembre. L'action Viadeo avait pris 5,66% à 2,24 euros dans des volumes représentant 9,6 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext.

Sa filiale américaine serait redevable de la TVA et de l'IS

Dans le cadre de son recentrage sur la France, où il réalise déjà 95% de son chiffre d'affaires, Viadeo prévoit aussi de fermer, pour des raisons d'économies, un centre serveur informatique, basé en Californie. Cette fermeture interviendra au cours de l'année 2016 après le transfert des serveurs de Viadeo chez un prestataire de services Cloud.

Mais la filiale américaine, APVO, qui gère notamment ce centre serveur, fait l'objet d'une proposition de redressement fiscal par l'administration fiscale française. Pour Bercy, cette filiale aurait un "établissement stable en France et, à ce titre, serait notamment redevable, au titre des années 2012 à 2014, de la TVA et de l’impôt sur les sociétés" révèle la société qui conteste cette décision. La procédure qui va être engagée pour défendre ses droits pourrait prendre plusieurs années selon Viadeo, qui ajoute toutefois que "ce redressement pourrait avoir un impact significatif sur les comptes de la société".

Viadeo doit présenter au cours du premier semestre 2016 sa nouvelle stratégie centrée sur la France. Son chiffre d'affaires annuel pour l'année fiscale 2015 sera dévoilé le 29 février prochain.

F.Bergé