BFM Business

Un homme a vécu 13 mois sans jamais quitter Google

Le van blanc qu'a utilisé Ben Discoe

Le van blanc qu'a utilisé Ben Discoe - Ben Discoe

Ben Discoe a passé 56 semaines à manger, dormir, et se doucher au siège californien du groupe dont il était salarié. Il vivait dans son van acheté 1.800 dollars, garé sur le parking du campus.

Le "Googleplex", le célèbre campus californien de Google est connu pour son hospitalité. Les salariés de la firme de Mountain View peuvent notamment y dîner, déjeuner, jouer au ping pong, aller dans une salle de musculation, se faire couper les cheveux, utiliser des machines à laver, etc... Le tout gratuitement.

De là à élire domicile dans le Googleplex il y a un pas. Que bon nombre d’employés ont allègrement franchi. L’un des exemples les plus célèbres est celui de Matthew Weaver qui a passé pas moins de 54 semaines dans le Googleplex entre 2005 et 2006. Sa “chambre” n’était qu’un simple camping-car garé sur le camping. Weaver avait alors décidé de relever un défi qu’un ami lui avait donné. Bien qu’il s’accommodait plutôt bien de ce mode de vie, il a fini par l’abandonner car “ça devenait un peu bizarre” d’expliquer sa situation aux filles avec qui il sortait. C'est ce qu'il racontait à la BBC en septembre 2014.

Matthew Weaver a ensuite inspiré plusieurs employés de Google. Mais un seul a réussi à battre son record: Ben Discoe. Si l’on en croit son histoire, racontée notamment par Bloomberg Businessweek, lorsqu’il est arrivé chez Google en 2011 et qu’il a entendu parler des 54 semaines passées par Matthew Weaver, il a déclaré "un camping-car? C’est de la triche!”.

Ben Discoe choisit donc pour domicile un simple van, réduisant ainsi un peu plus le confort. Il y restera 56 semaines, d’octobre 2011 à novembre 2012. 

Au-delà de la “performance” à proprement parler, Ben Discoe avait des raisons plus triviales d’opter pour ce mode de vie certes extrême.

A l’époque, il avait 44 ans et venait de divorcer. il avait quitté Hawaii et sa femme pour la Californie et... son van. Il n'a pas trop le choix. A la prestation compensatoire versée à son ex-femme, s'ajoute un crédit immobilier à rembourser pour l’achat d’une ferme hawaïenne qu'il veut garder pour ses vieux jours. Impossible de payer un loyer un plus.

Ben Discoe a lui-même détaillé ces raisons fin 2014 dans un sujet de discussions sur quora.com (où bon nombre des employés de Google ayant vécu sur le Googleplex se sont manifestés, permettant alors aux médias américains de découvrir leurs histoires).

"Le seul truc qu'ils te donnent pas c'est le shampoing" 

Pourtant Bloomberg relève qu’avec son salaire de 135.000 dollars, il aurait pu se payer un appartement en location. “Seul un fou paierait un loyer dans la baie de San Francisco”, répond-il à ce sujet, interrogé par l’agence américaine.

C’est ainsi qu’il acheta un van blanc sur Craigslist pour la modique somme de 1.800 dollars. Van qui ne bougera jamais de sa place de parking. Durant les 56 semaines passées à vivre dans le Googlelex, ses dépenses étaient proche de zéro dollar.

Il mangeait matin midi et soir dans l’un des 25 restaurants du campus, chargeait ses appareils électriques au bureau, et se lavait dans les douches des salles de sport. "Le seul truc que Google ne te donnait pas c’est du shampoing”, confiait-il à la BBC. Tout ceci afin d’économiser de l’argent pour finir de payer sa ferme et partir tôt à la retraite.

Toutefois, l’ex-employé de Google affirma, là encore à la BBC, avoir “un tout petit peu triché”. “J’avais une copine qui vivait à Mountain View. Des fois j’allais chez elle”... 

La sécurité pas alarmée

Ce genre de pratique n’était pas vraiment encouragée par Google. Shana Seweeney, une ancienne employée du groupe aux ressources humaines, expliquait sur quora.com que le personnel “n’était pas supposé vivre au bureau. Mais les mecs contournaient la règle en vivant dans leur véhicule sur le parking”.

Quant aux équipes en charge de la sécurité du site, elles ne se préoccupaient guère de Discoe. “Une fois qu’ils ont vu que le mec dans le van blanc n’était qu’un ‘Googler’ et pas un ‘Unabomber’ (surnom de Theodore John Kaczynskiun célèbre terroriste des années 80 et 90 qui méprisait la technologie, ndlr) ils ne sont plus jamais revenus”, affirme-t-il sur quora.com.

Ben Discoe cessa de travailler pour Google en 2012, après avoir été transféré à un poste qu’il jugeait “ennuyeux”. Mais, même après avoir changé de travail, il continua à vivre un temps dans son van jusqu’à ce qu’une petite amie l’incite à le quitter pour un appartement. Il garda toutefois son véhicule par affection.

J.M.