BFM Business

Technicolor: jackpot pour le patron Frédéric Rose

Au titre de l'exercice 2013, la rémunération de Frédéric Rose s'élève à 5,8 millions d'euros, sous forme de salaire ou d'options

Au titre de l'exercice 2013, la rémunération de Frédéric Rose s'élève à 5,8 millions d'euros, sous forme de salaire ou d'options - Frank Perry AFP

Après que le constructeur ait échappé à la faillite, le PDG a vu son salaire augmenter de +25%, et a reçu pour 2,9 millions d'euros de stock options.

Technicolor va mieux. L'ex-Thomson a échappé à la faillite. Ses résultats se redressent. Son cours de bourse rebondit: après être tombé à 0,98 euro il y a trois ans, il atteint désormais 4,64 euros.

Un redressement à mettre au crédit du directeur général Frédéric Rose, arrivé en septembre 2008. Le constructeur a décidé de le remercier pour cela sous plusieurs formes. 

D'abord, son salaire fixe a été augmenté de 25%, passant de 800.000 à un million d'euros bruts par an à compter de 2013. Son bonus variable, qui peut aller jusqu' à 1,5 fois le salaire fixe, se retrouve augmenté du même coup.

Au total, Frédéric Rose peut donc toucher jusqu'à 2,5 millions d'euros par an, et a touché en pratique 2,3 millions d'euros en 2014. A noter que la moitié de ce salaire est versé aux Etats-Unis, officiellement en raison de "la part des activités américaines".

Mieux que son prédécesseur

Le salaire de Frédéric Rose dépasse désormais celui de son prédécesseur au bilan controversé, Frank Dangeard, qui pouvait toucher jusqu'à 2 millions d'euros par an (900.000 euros en fixe, plus un bonus allant jusqu'à 1,2 fois le fixe).

Mais ce n'est pas tout. Frédéric Rose s'est aussi vu attribuer un important paquet de stock options. En mai 2013, il a reçu 2,65 millions d'options, exerçables à partir de mai 2015 à un prix de 3,31 euros. Ces options sont valorisées à 2,9 millions d'euros, et représentent pas moins de 0,79% du capital de la société.

Golden hello

Certes, Frédéric Rose avait déjà reçu des paquets d'actions, mais moins importants. Au titre d'un plan d'intéressement adopté en 2011, il a aussi touché 182.186 actions gratuites, valorisées 545.164 euros. Et au titre d'un plan adopté en 2010, il a reçu 190.529 options, valorisées 294.622 euros. Ces deux plans comprenaient aussi le versement de primes en espèces, qui se sont élevées à 839.782 euros au total.

Rappelons qu'en 2010, Frédéric Rose avait aussi touché une prime de 600.000 euros pour avoir restructuré la dette, et une prime d'arrivée (golden hello) de 150.000 euros. Toutefois, le versement de cette dernière prime avait été provisoirement suspendu par Frédéric Rose en 2009 lorsque la société s'était placée en procédure de sauvegarde. Simultanément, il avait aussi renoncé à un bonus de 264.000 euros bruts, et à un million de stock options.

Interrogée, la société explique que "la rémunération de Frédric Rose n’avait pas été augmentée depuis sa nomination en 2008. Le conseil d'administration a jugé que le redressement affirmé justifiait une augmentation. Il a fondé sa décision sur des études de référentiels constitués de sociétés internationales évoluant dans les mêmes secteurs d’activités". Quant au plan d'intéressement de 2011, la porte-parole souligne qu'il portait sur 68 bénéficiaires. 

Jamal Henni