BFM Business

SFR: pour Montebourg, Vivendi a "décidé coûte que coûte de vendre à Numericable"

SFR fait face à deux offres qui valorise l'opérateur autour de 11 milliards d'euros

SFR fait face à deux offres qui valorise l'opérateur autour de 11 milliards d'euros - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le conseil de surveillance de Vivendi doit examiner, ce vendredi 14 mars, les offres de reprise de sa filiale télécoms. Il devrait en principe trancher entre la proposition de Numericable et celle de Bouygues. Mais pour Arnaud Montebourg, c'est déjà joué.

Avec qui Vivendi va-t-il marier SFR? Le suspense devrait prendre fin, ce vendredi 14 mars. Le conseil de surveillance du groupe examine, en effet, les deux offres, déposées d'une part par Bouygues, et d'autre part par Altice, principal actionnaire de Numericable. Mais pour Arnaud Montebourg, tout est déjà joué. Vivendi "a décidé coûte que coûte de vendre SFR à Numericable", a-t-il déclaré ce vendredi matin sur Europe1. Et cela fait peur à Iliad (Free) qui recule de 6% ce vendredi matin.

Et il a peut-être raison. Quelques minutes avant que soit connue la décision du comité, Reuters croit savoir ce dernier a donné sa préférence à Numericable.

"Il y a un problème de concurrence, nous allons saisir les autorités", a prévenu Arnaud Montebourg.

Le ministre, qui a à plusieurs reprises manifesté sa préférence pour l'offre concurrente de Bouygues, estime que celle de Numericable, détenue par Patrick Drahi, pose des problèmes fiscaux ainsi que de concurrence dans le domaine du câble.

"Il y a un problème fiscal puisque Numericable a une holding à Luxembourg, son entreprise (de Patrick Drahi, ndlr) est cotée à la Bourse d'Amsterdam et sa participation personnelle est à Guernesey et que lui-même réside en Suisse", a ajouté le ministre.

Le ministre du Redressement productif doit rencontrer, dans la matinée, Jean-René Fourtou, le président du conseil de surveillance de Vivendi, selon L'Expansion.

Montebourg favorable à Bouygues

Jeudi, les deux groupes ont tous les deux relevé leurs offres, dans la dernière ligne droite. Bouygues a ainsi remis au pot pour 800 millions d'euros en numéraire, pour un total de 11,3 milliards d'euros, plus des actions représentant 43% de l'entité combinée.

Le groupe de BTP soigne ainsi sa proposition, alors qu'il avait déjà marqué d'importants points, le week-end dernier, en annonçant qu'elle vendrait son réseau à Free Mobile, pour 1,8 milliard d'euros, s'il réussissait à acquérir SFR.

Cette annonce lui a donné les faveurs d'Arnaud Montebourg qui n'a pas caché sa préférence. Le ministre du Redressement productif a toutefois prévenu que la baisse des prix dans le téléphone mobile, permise par le passage de trois à quatre opérateurs dans le paysage français, sera "irréversible".

De son côté, Bruno Lasserre, le président de l'Autorité de la Concurrence, avait jugé, dans une interview aux Echos, que la décision de Bouygues étaient de nature à "favoriser un examen peut-être plus rapide, et en tout cas plus simple du dossier".

"Casse sociale"

De son côté, l'offre d'Altice est activement soutenue par Jean-René Fourtou, président du conseil de surveillance de Vivendi.

Patrick Drahi, son président et principal actionnnaire, semble avoir finalement décidé de bouger. Selon plusieurs médias, il aurait relevé lui aussi son offre, en la portant à 11,75 milliards d'euros, même si ce montant n'a pas été confirmé officiellement. Jusqu'ici Numericable proposait 10,9 milliards d'euros en cash, plus une participation de 32% dans l'entité combinée.

Patrick Drahi avait pourtant affirmé qu'il ne modifierait pas sa proposition, assurant que l'offre rivale de Bouygues, et le passage de quatre à trois opérateurs qui en découlerait, se solderait par de la "casse sociale".

Les deux candidats ont également multiplié les engagements sur l'emploi en promettant de ne procéder à aucun licenciement.

Si l'offre d'Altice expire officiellement ce vendredi, il n'est pas certain que l'affaire soit totalement bouclée aujourd'hui. Un mandat de négociations exclusives avec l'un ou l'autre des candidats pourrait être donnée par le conseil à l'exécutif de Vivendi pour poursuivre les discussions.

Suivez la journée en direct sur 01net.com

J.M.