BFM Business

SAP ne sera pas candidat à la reprise de BlackBerry

L'offre de rachat de BlacBerry par Fairfax arrive à échéance le 4 novembre.

L'offre de rachat de BlacBerry par Fairfax arrive à échéance le 4 novembre. - -

Le groupe allemand, spécialiste des logiciels d'entreprise, a estimé que l'acquisition du géant canadien ne faisait pas partie de sa stratégie. En grandes difficultés, BlackBerry a jusqu'au 4 novembre pour trouver un acheteur.

SAP n'est pas intéressé par BlackBerry, a déclaré son directeur financier dans un entretien au magazine allemand Euro am Sonntag. "BlackBerry ne convient pas à notre stratégie", a dit Werner Brandt, précisant que le groupe allemand de logiciels proposait déjà des solutions mobiles et n'avait nullement besoin de combler le moindre manque en la matière.

Le pionner des smartphones ne représente plus que 3% du marché mondial, dépassé par la concurrence de l'iPhone d'Apple et des mobiles fonctionnant sous Android. Il a annoncé une perte d'un milliard de dollars pour le deuxième trimestre et des suppressions de postes à hauteur de 40% de ses effectifs, soit 4.500 postes.

Une offre à 4,7 milliards de dollars par Fairfax

Le canadien a conclu, fin septembre, un accord avec un consortium emmené par son premier actionnaire, le fonds d'investissement canadien Fairfax. Celui prévoit son rachat pour quelque 4,7 milliards de dollars (3,4 milliards d'euros). L'offre, qui prévoit le retrait de BlackBerry de la Bourse, arrive à échéance le 4 novembre.

SAP, Cisco Systems et Google ont discuté d'un rachat de tout ou partie de BlackBerry, avaient dit précédemment à Reuters des sources proches du dossier. L'ex-patron d'Apple John Sculley et le chinois Lenovo seraient également sur les rangs.

C.C. avec agences