BFM Business

Pourquoi Netflix veut concevoir des programmes pour séduire les robots

Dans 50 ans, "je ne sais pas si je devrais vous divertir vous ou l'intelligence artificielle", a déclaré le patron de Netflix.

Dans 50 ans, "je ne sais pas si je devrais vous divertir vous ou l'intelligence artificielle", a déclaré le patron de Netflix. - Lluis Gene - AFP

La dernière sortie de Reed Hastings, le patron de Netflix peut sembler provocatrice: son entreprise devra-t-elle demain chercher à divertir l'humain ou l'intelligence artificielle? Et pourtant, cette question est pertinente.

Le visionnaire patron de Netflix a évoqué mardi un surprenant axe de développement pour son groupe, rapporte Quartz. Reed Hastings a indiqué que le défi qui se poserait à l'entreprise de vidéo à la demande dans le futur serait de distraire… l'intelligence artificielle.

Invité à réfléchir à ce que les 20 prochaines années nous réservent, à l'occasion d'une conférence au Mobile Word Congress de Barcelone, Reed Hastings a fait sensation en évoquant la future cohabitation entre l'homme et l'intelligence artificielle: "Le devenir de l'humanité dans les 20 à 50 prochaines années fait débat. Est-ce que les humains seront 'augmentés' grâce à l'intelligence artificielle? Est-ce l'IA pure prendra le pas sur l'humain?", s'est-il interrogé avant d'ajouter LA phrase qui a surpris son auditoire: "je ne sais pas si je devrais vous divertir vous ou l'intelligence artificielle".

Les algorithmes dictent notre consommation de contenus

De prime abord, cette déclaration peut paraître farfelue. Mais venant du fondateur du premier service de vidéo à la demande, pionnier dans la transition de la diffusion à la télévision vers une consommation de contenus à la carte, elle ne peut être prise à la légère. Et surtout, elle prend son sens au regard de l'importance grandissante de l'intelligence artificielle dans le secteur du divertissement.

Sur Netflix, ce sont des algorithmes qui décident quels programmes, quels films sont diffusés. D'autres régissent les recommandations faites à chaque utilisateur en fonction de ses usages, pour l'aider à choisir parmi les quantités de contenus disponibles sur le service.

L'intelligence artificielle est aussi le facteur principal des excellentes performances de YouTube. La plateforme vidéo de Google a annoncé avoir dépassé le milliard d'heures de vidéos consommées par jour. La société a commencé à construire en 2012 des algorithmes qui proposent aux utilisateurs des listes de vidéos personnalisées à droite de celle qu'ils sont en train de regarder. Depuis, le volume de vidéos vues chaque jour a été multiplié par 10, rapporte Quartz.

Dans ce contexte, la déclaration de Reed Hastings peut être interprété ainsi: puisque l'intelligence artificielle dicte à l'humain sa consommation de contenus divertissant, les futurs divertissements doivent-il être conçus pour l'humain, ou pour l'intelligence artificielle?

N.G.