BFM Business

Pourquoi les opérateurs français font entrer Google dans notre salon

Pour Xavier Niel, intégrer Google, symbolisé par le petit robot vert, dans la box, c'est le sens de l'histoire.

Pour Xavier Niel, intégrer Google, symbolisé par le petit robot vert, dans la box, c'est le sens de l'histoire. - Frédéric Bergé

Free est le troisième opérateur, après SFR et Bouygues Telecom, à choisir Android pour gérer les services de télévision sur sa box Internet. Au risque de placer l'écosystème de Google au centre des foyers...

Google a t-il trouvé en Xavier Niel son meilleur VRP pour vanter ses services de télévision sur Internet ?
"Il s'agit de la première box triple-play à intégrer Android TV. On a décidé de faire entrer Google dans la maison et de l'installer dans vos téléviseurs parce que vous aimez Google" a insisté le fondateur de Free, pour présenter sa nouvelle box Internet d'entrée de gamme, la "mini 4K.

"On assume. La réalité c'est qu'on a pris Android TV, le système d'exploitation dédié à la télévision. Et dessus on développe des applications qui sont compatibles et dans le look and feel de Google" explique Xavier Niel dans un entretien exclusif sur 01net.

Pour le patron de Free, intégrer Google dans la box, c'est aller dans le sens de l'histoire. "Vous ne pouvez pas aller contre la demande des consommateurs. L'an passé, il s'est vendu plus d'un milliard de mobiles Android", ajoute-t-il. 

En l'occurrence, incorporer Android dans une box, c'est ouvrir l'accès à une kyrielle d'applications et de contenus.

Android et son écosystème jouent le rôle d'aimant pour les opérateurs

C'est d'ailleurs l'un des arguments développés par Olivier Roussat, PDG de Bouygues Telecom qui a aussi fait le choix de Google (avec une plate-forme Android antérieure à celle de Free) pour sa récente box Miami. "Nous avons choisi Google car cela nous ouvre la communauté des développeurs Android. Il nous est également possible de développer un boîtier à des prix ultra-compétitifs compatibles avec notre stratégie de démocratisation de l'accès au très haut débit " commentait le PDG de la filiale de Bouygues.

Aucun opérateur de taille moyenne comme Free ou Bouygues Telecom n'arrivera à réunir la puissance de feu en terme d'innovation que Google a su fédérer, avec son armada de développeurs travaillant sur Android.

La box triple play (téléphone-Internet-télévision) est une spécialité unique des opérateurs français mais elle consomme des ressources et des développements logiciels coûteux. Dans le contexte actuel d'une forte pression sur les marges bénéficiaires des opérateurs hexagonaux, le choix d'Android permet de faire de réelles économies sur ce poste de dépenses.

L'enjeu-clé du partage des données clients de la box avec Google

C'est donc une leçon de pragmatisme que donne Free, l'inventeur de la box, en acceptant de confier à Google, avec lequel il entretient des relations compliquées, les clefs de son boitier.

Mais ce choix comporte un risque. Dans quelle mesure Free laisse t-il échapper (en les partageant avec le géant du web) les données de consommation des clients de sa nouvelle box, "motorisée" par Android TV ? C'est tout l'enjeu de ce choix qu'il n'est pas facile d'effectuer pour un opérateur traditionnel comme Orange. Celui-ci a toujours affirmé son souhait de garder la maîtrise de sa box et d'éviter de partager les données de ses clients avec un tiers aussi puissant.

C'est aussi la raison qui explique que le trublion des télécoms se gardera bien de confier à Google la maîtrise technologique de sa future box Révolution haut de gamme, en cours de développement. Celle-ci restera a priori basée sur la technologie et l'écosystème que Free a façonné depuis plus d'une décennie. Mais, le village d'Astérix que constitue la France des box Internet, pourra t-il résister longtemps aux sirènes des géants américains du web?

Frédéric Bergé