BFM Business

Pourquoi l'industrie automobile s'unit face à Google et à Apple

Audi (groupe Volkswagen), BMW et Daimler comptent déjà parmi les nombreux clients de Nokia Here, service peu connu du grand public, pour équiper en cartographie, les systèmes GPS intégrés à leur véhicule/

Audi (groupe Volkswagen), BMW et Daimler comptent déjà parmi les nombreux clients de Nokia Here, service peu connu du grand public, pour équiper en cartographie, les systèmes GPS intégrés à leur véhicule/ - Nokia Here

L'achat de l'activité carte numérique de Nokia (ex-Navteq) est la riposte de l'industrie automobile pour de ne pas dépendre de Google et Apple. Le maîtrise des cartes et des données sera centrale pour piloter la voiture "autonome".

Concurrents, BMW, Daimler et Audi ont passé outre leur rivalité pour racheter ensemble l'activité de cartographie numérique Here de Nokia.

Cette alliance absolument inédite aurait de quoi surprendre si l'enjeu sous-jacent n'était de la plus haute importance pour l'industrie automobile. 

Les plans et les cartes numériques de Here sont ainsi utilisés dans 4 voitures sur 5 équipées de GPS intégrés en Europe et Amérique du Nord, dont celles des trois constructeurs allemands, et tout autant par des géants de l'internet comme Facebook ou Amazon.

Il n'était simplement pas question pour la puissante industrie allemande de laisser filer ce joyau technologique européen entre les mains de géants américains de l'internet dont les ambitions dans l'automobile sont soient latentes (Apple), soient avérées (Google).

La valeur ajoutée de l'automobile se déplace sur le logiciel

"La numérisation de l'industrie automobile signifie qu'une grande partie de la valeur d'une voiture sera définie à l'avenir par le logiciel et les services associés", rappelle Mikael Rautanen, analyste du cabinet finlandais Inderes.

Google constitue la menace la plus évidente avec son projet de voiture sans conducteur. La Google Car repose sur l'utilisation massive de capteurs, de caméras couplés à un service de cartographie numérique, pour rendre à la fois la conduite plus sûre et plus confortable, et le guidage sans faille et prédictif.

"Les cartes détaillées constituent une ressource critique pour les projets de voiture autonome. Une bonne cartographie, c'est la mémoire du véhicule sans conducteur lui permettant de trouver son chemin sans assistance" explique Thilo Koslowski, vice-président au sein du cabinet Gartner.

Dans ce contexte, l'achat de Here, qui collecte aussi des données de trafic temps réel enrichissant la cartographie sur l'état de la circulation routière, constituait la seule riposte d'envergure pour rivaliser avec Google et Apple.

Le trio allemand ne veut pas garder la technologie pour lui

"La menace la plus importante pour les constructeurs automobiles était de voir Here vendu à la Silicon Valley. Ils ne veulent pas être dépendants d'acteurs comme Google ou Microsoft", résume Mikael Rautanen.

La question se pose toutefois sa savoir si en mettant la main sur l'héritière de la société Navteq, acquise par Nokia en 2007, le trio allemand ne va pas fermer la porte à ses rivaux de l'industrie automobile.

"Avec notre arrivée au capital de Here, nous voulons garantir l'autonomie de cette offre centrale pour tous les constructeurs automobiles et sous-traitants ainsi que pour les clients des autres secteurs", a affirmé dans un communiqué Dieter Zetsche, patron de Daimler. 

"Pour les trois constructeurs allemands, l'achat de Nokia Here n'est que la moitié de l'histoire. L'autre moitié consistera pour eux à convaincre les autres constructeurs automobiles de continuer à utiliser ses fonds cartographiques. Je m'attends à ce qu'ils continuent d'inciter leurs rivaux à se joindre à eux pour bénéficier de la technologie de Here" explique Thilo Koslowski de Gartner.

Frédéric Bergé