BFM Business

Payfit, la start-up qui met fin à l'enfer du bulletin de salaire

Le bulletin de salaire reste incompréhensible pour la plupart des salariés

Le bulletin de salaire reste incompréhensible pour la plupart des salariés - MYCHELE DANIAU AFP

Payfit vient de lever un demi-million d'euros auprès d'investisseurs persuadés de l'excellence de son logiciel. Il permet à des dirigeants sans connaissance du droit social et des règles de l'Urssaf de générer très facilement les feuilles de paie de leurs salariés.

Le bulletin de paye est un cauchemar pour les salariés, incapable de comprendre les multiples lignes qui le compose. Mais c'est aussi un cauchemar pour l'employeur, surtout dans les petites entreprises démunies de compétences en droit social.

C'est ce problème que veut résoudre la start up PayFit. "La France est un des pays où le droit social est le plus complexe. Et la complexité du bulletin de salaire suscite une méfiance à la fois chez l'employeur et les employés. Nous voulons inverser cela, et rendre la paye très simple", expliquent les fondateurs Firmin Zocchetto (ESCP), Florian Fournier (polytechnicien) et Ghislain de Fontenay.

Sans connaître le droit

PayFit a donc développé un logiciel en mode SaaS (software-as-a-service) pour gérer la paye des PME. "Avec notre solution, la paye peut être effectuée par des personnes qui ne connaissent pas le droit social", ajoutent les fondateurs.

En pratique, l'employeur doit juste répondre à des questions posées par le logiciel sur la convention collective applicable, etc... Cela suffit à PayFit pour générer les bulletins de paye. Les employés ont aussi accès au logiciel, qui leur explique chaque ligne du bulletin. L'application gère aussi les congés, paie les cotisations sociales, fait automatiquement les déclarations sociales (URSSAF, retraite, prévoyance...), et, à terme, pourra gérer les notes de frais et virer les salaires vers les comptes des salariés.

Fonds de Xavier Niel

Cette technologie permet de baisser drastiquement le coût des bulletins de salaires: PayFit facture chaque bulletin à 8 euros, "soit deux à quatre fois moins cher que les autres offres sur le marché". Une version bêta est déjà utilisée par de premiers clients, avant un lancement commercial en mars. Objectif: compter "très rapidement plusieurs milliers de clients".

Créée en janvier 2015, PayFit (7 salariés) est accompagnée par l'accélérateur TheFamily. La start up vient de lever environ un demi-million d'euros auprès de Kima Ventures (fonds de Xavier Niel) et de business angels, dont Thibaud Elzière (fondateur de Fotolia).

J. H.