BFM Business

Malgré la fronde des annonceurs, Google affiche une forme étincelante

Alphabet, maison-mère de Google, est en route vers de nouveaux records.

Alphabet, maison-mère de Google, est en route vers de nouveaux records. - Justin Sullivan - AFP

Les tensions entre YouTube et ses annonceurs publicitaires n'ont pas empêché Alphabet, maison-mère de Google, d'afficher des résultats en forte hausse au premier trimestre.

Google et sa maison-mère Alphabet ont de nouveau affiché des résultats en forte hausse au premier trimestre, entraînant l'action du géant internet américain vers de nouveau records historiques.

Alphabet a publié jeudi des chiffres meilleurs que prévu et devant beaucoup aux recettes publicitaires de sa filiale vedette. Le bénéfice net du groupe s'est envolé de 29% à 5,4 milliards de dollars et son chiffre d'affaires de 22% à 24,75 milliards, un niveau supérieur aux attentes du marché.

Le bénéfice par action, qui sert de référence aux États-Unis, a atteint pour sa part 7,73 dollars, soit 33 cents de mieux que la prévision moyenne des analystes.

Ces bonnes surprises permettaient à l'action Alphabet de gagner 4,24% à 929,25 dollars vers 23h45 GMT dans les échanges électroniques suivant la clôture de la Bourse de New York, un cours jusqu'ici jamais atteint en séance officielle, et qui confère à l'ensemble du groupe une valeur de quelque 635 milliards de dollars.

Les recettes publicitaires pas impactées par le boycott des annonceurs

Google a souffert en fin de trimestre d'une fronde de ses annonceurs publicitaires, qui ont commencé à boycotter certaines de ses plateformes, en particulier son service de vidéo en ligne YouTube, après l'apparition de certaines annonces à côté de contenus polémiques (antisémites, incitant à la haine ou faisant l'apologie du terrorisme).

Le boycott, parti mi-mars du Royaume-Uni, s'était ensuite étendu à plusieurs grandes marques aux États-Unis. Google avait réagi en annonçant un renforcement de ses contrôles internes grâce à des technologies d'intelligence artificielle. YouTube a également décidé d'arrêter de placer des publicités sur ses chaînes affichant moins de 10.000 visiteurs, et d'ajouter des procédures de pré-examen une fois que ce seuil est franchi avant d'y autoriser des annonces.

L'affaire n'a en tout cas pas semblé dans l'immédiat peser sur les recettes publicitaires de Google, qui ont encore augmenté de 19% à 21,4 milliards de dollars au premier trimestre.

Pour rappel, Google est la filiale qui, depuis la réorganisation fin 2015 du groupe sous l'ombrelle de la holding, regroupe les activités mobiles et en ligne du groupe (YouTube, recherche et publicité, Android...). Mais aussi celle qui lui rapporte l'essentiel de ses bénéfices et de ses revenus.

Y.D. avec AFP