BFM Business

Les investissements de Google dans le cloud et le marketing font dévisser ses bénéfices

La maison-mère de Google a vu son bénéfice net chuter au troisième trimestre. Un résultat décevant pour les marchés lié, entre autres, à de lourds investissements.

C'est la douche froide à laquelle les marchés ne s'attendaient pas. Au troisième trimestre 2019, Alphabet, la maison-mère de Google, a vu son bénéfice net dévisser d'un quart sur un an en raison notamment du règlement d'un contentieux en France et d'investissements très importants.

Dans le détail, Alphabet a engrangé un bénéfice net en recul de 23% à 7,068 milliards de dollars, contre près de 9,2 milliards de dollars un an plus tôt, selon un communiqué publié lundi. Le chiffre d'affaires a, pour sa part, progressé de 20% à 40,499 milliards de dollars, tandis que le revenu opérationnel augmente en parallèle de 6,4% à 9,177 milliards de dollars (soit un taux de marge opérationnelle représentant 23% du chiffre d'affaires, contre un taux à 26% un an plus tôt).

Google, dont les publicités ciblées constituent de très loin la principale source de profits d'Alphabet, a engrangé un chiffre d'affaires de 33,9 milliards de dollars pour un résultat d'exploitation de 11 milliards. Quant aux coûts d'acquisition du trafic (les montants dépensés par les entreprises de moteurs de recherche comme Google pour attirer les usagers chez eux), ces derniers ont représenté 22% ou 7,5 milliards de dollars du chiffre d'affaires total de la publicité. Soit un point de pourcentage de moins qu'un an plus tôt.

L'amende tricolore

Le fait est qu'une amende payée en France dans le cadre de poursuites dans ce pays a amputé le bénéfice net d'Alphabet de 549 millions de dollars, a expliqué la directrice financière, Ruth Porat, sans dire précisément de quelle affaire il s'agissait. D'ailleurs, dans les comptes d'Alphabet, le taux effectif d'imposition passe de 9% au troisième trimestre 2018 à 18% au troisième trimestre 2019. 

Le 12 septembre dernier, Google avait accepté de verser au total 1 milliard d'euros pour solder l'ensemble de ses contentieux avec le fisc français. Dans le cadre de cet accord, la multinationale avait accepté, d'une part, de payer 500 millions d'euros d'amende pour mettre un terme à une enquête du parquet national financier (PNF), d'autre part, de verser 465 millions d'euros de rattrapage fiscal pour clore les procédures de redressement engagées à son encontre.

Lourds investissements dans Pixel et le "cloud"

Comme Ruth Porat l'a par ailleurs expliqué, le résultat net a également été affecté par la baisse de valeur de certains investissements (les dépréciations d'actifs tangibles ont bondi de près de 28% à 2,7 milliards de dollars), là encore sans préciser lesquels. Et surtout Alphabet a lourdement investi en recherche et développement dans l'infrastructure pour ses activités dans le "cloud", ou encore dans le lancement de nouveau produits comme son téléphone Pixel, présenté il y a 15 jours à New York.

Les dépenses en recherche et développement ont ainsi augmenté de 25% à 6,6 milliards de dollars tandis que les dépenses pour les ventes et le marketing ont grimpé de 20% à 4,6 milliards de dollars. Sur le trimestre, Google a, en outre, vu ses rangs grossir de 6.450 personnes principalement des ingénieurs et des chefs de produit. Autant de raisons qui pèsent sur le bénéfice net trimestriel de sa maison-mère.

J.C-H avec AFP