BFM Business

Les grandes ambitions d'Uber dans l'intelligence artificielle

-

- - Justin Sullivan - Getty Images North America - AFP

Le groupe californien a annoncé ce lundi 5 décembre l'acquisition de la startup Geometric Intelligence qui va lui permettre de constituer une nouvelle division dédiée à la recherche de pointe sur l'intelligence artificielle.

Uber mise gros sur l'intelligence artificielle. Le service américain de réservation de voitures avec chauffeur a annoncé ce lundi l'acquisition annoncée lundi de la startup new-yorkaise spécialisée Geometric Intelligence pour se renforcer sur ce segment.

Les 15 personnes travaillant actuellement pour cette startup vont constituer le noyau de départ d'une nouvelle division, Uber AI Labs, qui sera basée à San Francisco et se consacrera spécifiquement à "la recherche de pointe sur l'intelligence artificielle et les technologies permettant aux machines d'apprendre", précise Uber sur son blog officiel.

De plus grandes ambitions

Uber travaille déjà sur les technologies d'intelligence artificielle pour les véhicules autonomes, mais ces nouvelles initiatives, dont les modalités financières ne sont pas divulguées, semblent montrer qu'il a de plus grandes ambitions en la matière.

"Malgré des avancées notable ces dernières années dans les technologies d'apprentissage par les machines, nous en sommes encore au tout début de l'intelligence artificielle", rappelle Uber, qui dit vouloir contribuer par ses recherches à rendre les transports "plus rapides, plus sûrs et accessibles à tous".

"Avec toute sa complexité et son incertitude, négocier le monde réel est un problème d'intelligence de haut niveau" qui se manifeste "d'une myriade de manières", estime-t-il.

Après l'acquisition d'Otto

Il évoque des applications dans le cadre de son propre service (calcul du meilleur itinéraire, évaluation de l'heure d'arrivée d'un véhicule ou des passagers à qui faire partager une voiture), mais aussi pour des machines autonomes, "que ce soit une voiture sur les routes ou un avion dans l'espace aérien, ou de nouveaux types d'appareils robotisés".

Uber avait déjà beaucoup investi dans les véhicules autonomes, avec des tests dans plusieurs villes américaines (dont un projet pilote à Pittsburgh transportant des passagers dans des voitures autonomes) et l'achat cet été de la start-up californienne Otto (qui a conclu en octobre un trajet de 200 kilomètres pour livrer de la bière dans un camion sans chauffeur).

J.M. avec AFP