BFM Business

Les fintech françaises ont levé 455 millions d'euros au premier semestre malgré le coronavirus

"Les gens doivent se rendre compte que la visibilité économique est nulle", nuance François Véron. "On n'a jamais vu un coup de frein aussi brutal dans le capitalisme!".

"Les gens doivent se rendre compte que la visibilité économique est nulle", nuance François Véron. "On n'a jamais vu un coup de frein aussi brutal dans le capitalisme!". - Pixabay

Selon France Fintech, 30 opérations ont été réalisés lors des six premiers mois de l'année pour un ticket moyen de 15,2 millions d'euros. C'est à peine moins qu'un an plus tôt.

Malgré la crise épidémique et le confinement, les levées de fonds des fintech françaises ont connu "une activité soutenue" au premier semestre, peut-on lire dans le dernier baromètre de l'association France FinTech.

Rien qu'au mois de juin, "les données démontrent que la crise de la COVID n'a pas interrompu les opérations de levées de capitaux avec 123,2 millions d'euros levés en cinq opérations". Mieux, le volume des levées est significativement supérieur à celui des deux mois précédents (56,7 millions d'euros en avril, 22 millions en mai), "très marqués par l'attentisme des acteurs". 

"Il est bien sur bien trop tôt pour conclure que l'impact de la crise de la COVID 19 sur le financement des fintech en capital est derrière nous, mais l'analyse du mois de juin est plutôt encourageante. Les investisseurs semblent toujours considérer que notre écosystème présente un beau potentiel de développement. Tendance à confirmer dans les mois qui viennent" commente Alain Clot, Président de France FinTech.

"Le millésime 2020 pourrait être moins impacté par la crise que l'on pouvait le craindre"

Au global, sur les six premiers mois de l'année, 30 opérations ont été comptabilisées pour un montant total de 455 millions d'euros et un ticket moyen de 15,2 millions d'euros.

Ce chiffre se rapproche de celui du premier semestre 2019 (508,3 millions d'euros levés en 30 opérations), qui avait été fortement marqué par la levée de Kyriba pour 142 millions d'euros.

L'année 2020 a connu un début prometteur notamment avec l'annonce de Lydia (40 millions d'euros), suivi de Qonto (104 millions), Cybel Angel (33 millions), Alan (50 millions) et Swile - ex Lunchr (70 millions). 

France FinTech souligne également "l'arrivée d'investisseurs de dimension mondiale qui tend à confirmer l'attractivité de notre écosystème. La tendance laisse penser que le millésime 2020 pourrait être finalement moins impacté par la crise que l'on pouvait le craindre".

Olivier Chicheportiche