BFM Business

Les énergies renouvelables assurent un tiers de la consommation française d'électricité

Au deuxième trimestre 2018, l'éolien, le solaire photovoltaïque et les bioénergies (électricité issue de la biomasse), ont fourni environ 10% du courant électrique consommé en France.

Au deuxième trimestre 2018, l'éolien, le solaire photovoltaïque et les bioénergies (électricité issue de la biomasse), ont fourni environ 10% du courant électrique consommé en France. - Joël Saget-AFP

La contribution des énergies vertes a représenté 31% de l'électricité consommée en France au deuxième trimestre. Un niveau jamais atteint depuis les années 1960 où l'hydroélectricité couvrait la moitié du courant consommé.

Alors que la France patine dans les énergies marines renouvelables, la contribution des énergies vertes (hydroélectricité, éolien, solaire, biomasse, etc...) à la production d'électricité n'a jamais été aussi conséquente. Selon des informations officielles transmises par le gestionnaire du réseau de transport d’électricité, RTE, le taux de couverture de la consommation électrique par les énergies renouvelables s’élève, pour le deuxième trimestre 2018, à 31%. Un niveau "inédit" depuis des décennies, précise le Syndicat des énergies renouvelables (SER) et les gestionnaires des réseaux électrique RTE, Enedis et l'Adeef.

Même si d'autres pays comme le Portugal ou l'Allemagne font bien mieux en terme de transition énergétique, ces bons résultats des énergies "vertes" en France s'expliquent par une "importante" production issue des barrages, ayant couvert un cinquième de la consommation française.

En outre, au deuxième trimestre 2018, l'éolien, le solaire photovoltaïque et les bioénergies (électricité issue de la biomasse), ont fourni environ 10% du courant consommé, "niveau qui jusqu'à présent n'a jamais été atteint", dans une période printanière traditionnellement marquée par une demande moins élevée que durant les mois d'automne et d'hiver. Au 31 mars 2018, la puissance totale du parc des énergies renouvelables atteignait 49,1 gigawatts.

La part de l'hydroélectricité avait chuté avec le nucléaire

Il faut remonter au début des années 1960 où l'hydroélectricité représentait plus de la moitié de la production de courant de la France, avant de diminuer à environ 33% au milieu des années 1970, pour retrouver un taux élevé de couverture de la consommation électrique par les énergies renouvelables.

La montée en puissance du parc nucléaire, construit pour l'essentiel dans les années 1980, a mécaniquement réduit la part de l'hydroélectricité qui s'établit ces dernières années plutôt entre 10 à 15%, selon la pluviométrie.

Des objectifs très ambitieux pour la France d'ici 2030

Dans la mesure où les énergies renouvelables sont prioritaires pour l'accès au réseau, une consommation moindre favorise l'augmentation de leur part dans la consommation globale. La France s'est fixé comme objectif de porter à 40% la part des énergies renouvelables dans la consommation annuelle d'électricité en 2030. L'an dernier, elles n'avaient fourni que 18,4% du courant électrique consommé, en baisse par rapport à 2016. Une vraie déception.

La hausse de la part des énergies "vertes" dans la consommation électrique survient alors que Le projet pilote de déploiement de sept hydroliennes au large de Cherbourg en Normandie, porté par EDF et Naval Energies, pourrait être remis en cause après l'annonce par Naval Energies de l'arrêt de ses investissements dans cette technologie.

Frédéric Bergé