BFM Business

Le site Grosbill.com change de style pour éviter le triste sort de Pixmania

Grosbill a étendu son réseau de magasins dans toute la France à travers un partenariat avec l’enseigne Point Service Mobiles, spécialisée dans la réparation de téléphones mobiles.

Grosbill a étendu son réseau de magasins dans toute la France à travers un partenariat avec l’enseigne Point Service Mobiles, spécialisée dans la réparation de téléphones mobiles. - Grosbill.com

"Le vendeur de produits high tech transforme son site web et étoffe son réseau de points de retrait grâce à l'enseigne Point Service Mobiles. Le fonds allemand Mutares, son propriétaire, se démène pour éviter le scénario catastrophe vécu avec Pixmania, qu'il avait repris en 2013. "

Le site marchand Grosbill.com fait une mue profonde dont la facette la plus visible est son nouveau site web. Un changement à la fois cosmétique et structurant, qui symbolise la nouvelle orientation stratégique prise par le site marchand. Créée en 1998, le site a cultivé pendant presque 18 ans, son image de distributeur spécialisé dans les produits high tech avec une clientèle, très masculine, de geeks, technophiles et autres férus de micro-informatique.

Changement radical depuis quelques jours : l’identité visuelle de la marque arbore un design plus épuré, quittant les codes couleurs agressifs, voire vieillissants, du discount qui composaient son image. Ce nouveau look a pour objectif affiché de séduire le public féminin qui ne représente aujourd’hui que 8% de la clientèle du site.

Grosbill a été cédé par le groupe Auchan en 2015

Actif sur un segment de l'e-commerce en restructuration, marqué par la fermeture d'enseignes comme Surcouf ou ayant changé d'actionnaires comme Rue Du Commerce, le site web Grosbill n'avait pas changé son look depuis des années. Or, il affronte chaque jour les géants du secteur de la vente en ligne de produits high tech (Amazon, CDiscount, Fnac/Darty).

Lui-même a été repris au groupe Auchan en 2015 par le fonds allemand Mutares en 2015. Cet investisseur a dû assumer le redressement judiciaire de Pixmania, qu'il avait repris en 2013. Le site, qui employait encore un millier de salariés à la fin des années 2000, a été cédé à la barre du tribunal de commerce, au site Vente-du-diable.com, en février 2016.

Le site affiche 2 millions de visiteurs par mois

Le propriétaire de Grosbill fait tout pour éviter un tel scénario catastrophe. Le site web marchand change de style sous la houlette de Thierry Benhaïm, en poste depuis à peine six mois. Pour ce cadre spécialiste de la distribution, passé par les enseignes La Chaise Longue et la Grande Récré (Ludendo), "Le chantier de modernisation ne se limitera pas à l’identité visuelle et au site. Courant 2016, nos enseignes physiques suivront aussi ce vent de modernité pour offrir à nos clients une expérience en magasin renouvelée".

Grosbill affiche un panier moyen de 162 euros, 2 millions de visiteurs par mois sur son site, 13.000 références produits mais un chiffre d'affaires en faible croissance : 109 millions d'euros en 2014 et 111 millions en 2015.

Pour accélérer sa croissance, l'e-commerçant n'a d'autres choix que d'étoffer ses services. Il lui faut d'abord miser sur la complémentarité entre magasins physiques et site internet, point fort de tous ses rivaux. Un de ses concurrents directs, LDLC, lyonnais d'origine, dispose déjà de 17 boutiques "en dur" sur toute la France.

Grosbill joue la complémentarité entre site web et boutiques

Pour sa part, Grosbill possède aussi son réseau de magasins physiques, une dizaine tout au plus, dont huit sont franciliens et deux sont en régions, à Lille et Lyon. Pour renforcer l'attrait de ses boutiques, il a installé des guichets de service après-vente pour réparer sur place (quand c'est possible) les matériels achetés en ligne.

Parallèlement, l'e-commerçant a dû étoffer son réseau national de points de retrait physiques, permettant à l'acheteur de récupérer ses produits commandés en ligne, sur toute la France.

Son partenariat récent avec l'enseigne Point Service Mobiles, spécialisée dans la réparation de téléphones mobiles, lui apporte deux cents points de vente pour le retrait en 48 heures de commandes passées sur son site. L'acheteur peut aussi y trouver les conseils de vendeurs spécialisés. Une manière aussi de maintenir le contact physique avec l'internaute.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco