BFM Business

Le porno pourrait révolutionner la réalité virtuelle

L'arrivée de l'industrie pornographique devrait développer la réalité virtuelle

L'arrivée de l'industrie pornographique devrait développer la réalité virtuelle - Marc Dorcel

Historiquement, l'industrie pornographique a souvent permis la démocratisation d'innovations technologiques. Aujourd'hui, c'est au tour de la réalité virtuelle.

L’industrie pornographique, prochain catalyseur de la réalité virtuelle? Si la question semble hasardeuse au premier abord, quand on y regarde de plus près, elle prend tout son sens d’un point de vue historique.

En effet, l’industrie pornographique a contribué à la démocratisation d’innovations technologiques majeures, comme la VHS et le DVD, bénéficiant de l’appui de ce secteur. Et notamment "par rapport à d’autres formats concurrents" comme le Betamax (un format de cassette à ruban vidéo) et le Blu-Ray, souligne la banque Natixis dans une note.

Avatar a fait moins bien à son lancement qu'un porno 3D à succès

De même, si le streaming vidéo, développé d’abord sur Internet puis sur le mobile, a pu évoluer si rapidement, c’est aussi grâce au soutien de ce secteur dans les années 2000. Toutefois, cette démocratisation a été moins perceptible récemment sur les nouveaux formats vidéo comme l’explique la banque d’investissement.

"Le cinéma en 3D ne s’est pas réellement imposé face à la 2D, malgré des investissements significatifs de l'industrie du porno". Même si le film érotique hongkongais "3D Sex and Zen: Extreme Ecstasy", sorti en salle en 2011, a connu un meilleur lancement au box-office local que le film Avatar!

En effet, selon les représentants de l’industrie du cinéma de la ville, il s’agissait à l’époque du plus gros démarrage de tous les temps pour un film en 3D, le film ayant rapporté 2,79 millions de dollars hongkongais (soit environ 360 000 dollars de l’époque), contre 2,5 millions pour le film réalisé par James Cameron en décembre 2009.

Le porno à la conquête de la réalité virtuelle

Désormais, de plus en plus d’acteurs (sites Internet, studios de production) de l’industrie pornographique s’intéressent à la réalité virtuelle. Ainsi, Kink, qui est un studio spécialisé dans le divertissement pornographique basé à San Francisco, met à disposition gratuitement ses contenus en réalité virtuelle jusqu’à Noël, qui seront tous compatibles avec les appareils en vente sur le marché (Samsung Gear VR, Google Cardboard ou encore Oculus Rift). Pour Natixis, "cette opération promotionnelle vise à familiariser les consommateurs à l'utilisation d’un casque de réalité virtuelle".

En France, aussi, des acteurs de ce marché ont décidé de s’emparer du sujet. À commencer par Marc Dorcel, qui a annoncé fin octobre le lancement de sa nouvelle expérience à 360° en 3D, qui est également disponible avec l’ensemble des casques de réalité virtuelle.

Les jeux vidéo, grands gagnants?

Le segment des jeux, et notamment Ubisoft (le plus gros éditeur de jeux français), pourrait également profiter de cette dynamique à en croire la filiale de la BPCE: "Une telle démocratisation aurait un impact positif sur Ubisoft et le segment des jeux, par nature très cyclique en fonction de la maturité des consoles. Or la popularisation de la réalité virtuelle pourrait prendre le relais du cycle de consoles en 2017 ou 2018, et éviter l'habituelle décroissance du marché des jeux après le pic du cycle des consoles."

Sami Bouzid