BFM Business

Le gendarme boursier américain enquête sur les comptes d'IBM

IBM a doublement déçu les investisseurs mardi, avec ses résultats et avec l'officialisation de l'enquête de la SEC dont ses comptes font l'objet.

IBM a doublement déçu les investisseurs mardi, avec ses résultats et avec l'officialisation de l'enquête de la SEC dont ses comptes font l'objet. - TOBIAS SCHWARZ - REUTERS

Le groupe informatique américain a révélé mardi, dans le document détaillé qui présente ses résultats trimestriels, que ses comptes faisaient l'objet d'une enquête de la SEC depuis le mois d'août.

Les comptes d'IBM vont être épluchés par la SEC, le gendarme boursier américain. Le géant des supercalculateurs a dévoilé mardi ses comptes trimestriels détaillés. Un document qui révèle notamment que la Securities and Exchange Commission a ouvert une enquête sur de possibles irrégularités dans la manière dont le groupe avait enregistré certains revenus dans ses comptes.

La SEC examine en particulier "le traitement comptable de certaines transactions aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Irlande", détaille IBM, qui reconnaît être au courant de l'enquête depuis le mois d'août, et assure qu'il "coopère avec la SEC". Après cette annonce, l'action IBM perdait environ 3% en fin de journée mardi.

L'action IBM en chute de 20% en trois mois

La PDG, Virginia Rometty, tente actuellement de recentrer le groupe vers des activités à plus forte valeur ajoutée, une stratégie "alimentée par l'innovation et une transition vers de nouvelles opportunités de croissance" qu'elle a réaffirmé mardi, assurant vouloir gérer l'entreprise "pour le long terme".

Cette stratégie offre jusqu'ici des résultats plutôt mitigés. L'action IBM a perdu un tiers de sa valeur depuis son pic historique de mars 2013, et 20% rien que sur les trois derniers mois. Le groupe a en outre présenté des résultats financiers décevants, avec un recul de son chiffre d'affaires pour le quatorzième trimestre consécutif (-14% à 19,3 milliards de dollars), et il a révisé à la baisse sa prévision de bénéfice par action annuel.

Le groupe informatique américain IBM, dont les résultats sont à la peine, tente d'amadouer ses actionnaires avec l'annonce mardi d'une augmentation de 4 milliards de dollars de l'enveloppe dont il dispose pour des rachats d'actions. Ajouté au solde d'un précédent programme qui se montait à 2,4 milliards de dollars fin septembre, cela porte le total des fonds disponibles pour de tels rachats à 6,4 milliards de dollars. Mais l'effet positif de cette annonce a toutefois été annulé par la révélation de l'enquête.

N.G. avec AFP