BFM Business

La start-up parisienne qui veut séduire tous les sportifs connectés

Outre Foxconn, les investisseurs présents lors de la levée de fonds de 4,9 millions d'euros sont Ginko Ventures, Robolution Capital et Swisscom.

Outre Foxconn, les investisseurs présents lors de la levée de fonds de 4,9 millions d'euros sont Ginko Ventures, Robolution Capital et Swisscom. - Stéphane de Sakutin-AFP

PIQ a levé 4,9 millions d'euros pour lancer son mini-capteur portatif multi-sports. Parmi ses investisseurs, Foxconn, sous-traitant industriel d'Apple, les fabriquera.

Après le smartphone, le bracelet et la montre connectés, les sportifs vont avoir le mini-capteur à porter sur soi qui enregistre toutes leurs performances.

La start-up PIQ a développé un minuscule boîtier compatible avec plusieurs sports. L'objet, qui embarque un processeur, est bardé de 13 capteurs mesurant tout autant la vitesse des mouvements (jambes ou bras) que la force de frappe du joueur dans les jeux de ballon.

Ses capteurs seraient capables de mesurer jusqu'à 11 millions de données pendant une session sportive d’une heure.

Ce petit boîtier de 9 grammes se glisse dans le protège-tibia du joueur du football ou le gant du golfeur pour mesurer la vitesse de course du premier ou celle du mouvement de swing du second.

PIQ, filiale du groupe suisse Octonion, vient de lever 5,5 millions de dollars (4,9 millions d'euros) et a réussi à convaincre plusieurs investisseurs, dont Ginko Ventures, Robolution Capital et l' opérateur Swisscom.

Egalement investisseur, le puissant groupe industriel taïwanais Foxconn, principal sous-traitant d'Apple, fabrique déjà les premiers capteurs dans ses usines.

PIQ s'est allié avec trois marques de sports internationales

"Les fonds récoltés vont nous permettre de commercialiser nos produits en partenariat avec trois marques de sport internationales respectivement cet été, à l'automne et à l'hiver 2015", explique Cédric Mangaud, cofondateur et directeur général de PIQ.

"On a développé une plateforme qui prend en charge les capteurs et qui fait de l'analyse de données récoltées pour différents sports", ajoute-t-il. Les données recueillies peuvent être échangées avec un smartphone ou stockées sur une clé USB spécifique avec laquelle le capteur peut s'appairer en technologie sans contact bluetooth ou NFC .

Grâce à divers accords avec des fédérations sportives, des athlètes porteront ces dispositifs de mesure lors de leurs compétitions. Le capteur devrait aussi intéresser les sportifs amateurs, soucieux d'améliorer leurs performances.

La commercialisation des premiers produits PIQ est attendue dès l'été 2015, dans toute l'Europe ainsi qu'aux Etats-Unis et au Japon.

"Pouvant être connecté au téléphone mobile, le capteur fait cinq millimètres d'épaisseur et pèse neuf grammes, avec un design fait pour être proche de la peau pour ne pas gêner l'utilisateur, et il dispose d'un petit écran LED afin de lire un certain nombre de données", résume Cédric Mangaud.

Frédéric Bergé