BFM Business

La déclaration d’amour du président de Cisco à la France

Pour John Chambers, la France est le pays dans lequel il faut investir. Séquence émotion avec Emmanuel Macron, notre ministre de l'économie et du numérique.

Pour John Chambers, la France est le pays dans lequel il faut investir. Séquence émotion avec Emmanuel Macron, notre ministre de l'économie et du numérique. - Patrick Kovarik - AFP

Pour John Chambers, la France est le pays sur lequel il faut compter en matière d’innovation. Le président de Cisco a décidé d’y investir 200 millions de dollars et appelle les investisseurs à le suivre.

Les géants de l’Internet s’attaquent à l’Inde, les startups françaises découvrent la Chine, mais pour John Chambers, président de Cisco, c’est en France qu’il faut investir. Contre toute attente, le dirigeant emblématique du numérique va investir 200 millions de dollars dans les startups françaises. Ce montant représente tout de même 10% des investissements annuels qu’il réalise dans le monde.

Sur Europe 1, John Chambers a expliqué que pour lui, la France était à la pointe en matière d’innovation. Quant à nos dirigeants, qui sont souvent accusés de ne pas bien comprendre les enjeux technologiques, ils sont plus au fait sur ces questions que nombre de dirigeants européens. "Le gouvernement français a compris […] mieux que tout autre la révolution numérique qui est en marche."

Le dirigeant a même lâché qu’il voyait la France comme la Silicon Valley de l’Europe. Et pour finir, il appelle les investisseurs à le suivre dans sa démarche. "On nous a suivis lorsque nous sommes allés en Inde ou en Chine. Je pense que la France, c'est l'avenir, et que d'autres entrepreneurs suivront".

La France? C'est la Silicon Valley de l'Europe

En l’écoutant, combien de nos responsables chargés du numérique, Emmanuel Macron et Axelle Lemaire en tête, ont dû boire du petit lait, surtout quand il a ajouté que la nouvelle génération "de startups françaises [allait] transformer profondément nos modes de vie". John Chambers conseille même à nos expatriés du numérique de revenir en France pour participer à cette explosion.

En France, le président de Cisco est peu connu du grand public, or il est avec Steve Jobs l’un des patrons les plus emblématiques des nouvelles technologies et surtout, l'un des plus écoutés des États-Unis. Chacun de ses gestes est scruté par les dirigeants et les investisseurs. Reste à savoir plus précisément comment il va investir ces 200 millions d’euros. Pour le moment, il n'en dit rien. Mais, ce qui est sûr, c’est qu'il tient ses promesses et que les startups en profiteront.

En janvier dernier, lors du CES, ce rendez-vous mondial des high-tech qui se tient à Las Vegas, Chambers découvrait le potentiel d’innovation de la French Tech qui a remporté 14 prix sur les 66 remis par les organisateurs. Lors d’un entretien avec BFM Business, il comparait l’actuel gouvernement français à l’administration Clinton. "À l’époque, nous avons créé 22 millions d'emplois en 6 ans, le PIB avait crû de 14 ou 15%. Je sens ce point d'inflexion en ce moment".

Un mois après cette découverte, le président de Cisco est venu rencontrer Manuel Valls pour lui annoncer son intention d’investir 100 millions de dollars, dans le cadre d'un partenariat avec l'État français. La promesse a été tenue.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco