BFM Business

L’iPhone 5, enjeu stratégique pour Apple

Apple ne peut pas se permettre de décevoir

Apple ne peut pas se permettre de décevoir - -

Ce mercredi soir, Tim Cook doit dévoiler la nouvelle version de son smartphone. Un grand moment pour les technophiles. Mais c’est aussi un événement business majeur pour la marque à la pomme qui doit faire face à une concurrence de plus en plus innovante.

C’est ce mercredi 12 septembre que le suspens doit prendre fin : Tim Cook, le PDG d’Apple, doit dévoiler le nouvel iPhone.

Comme à chaque lancement d'Apple, les rumeurs s'enchaînent depuis des mois, alimentées par des sous-traitants taïwanais soit disant bien informés, ou encore de fans qui prennent leurs rêves pour des réalités.

Ce dont on est presque certain, c'est qu'Apple a complétement retravaillé le design de son appareil vedette : l’iPhone 5 serait plus fin et surtout l'écran serait un peu plus long. Un détail qui a son importance, car la mode est aux grands écrans, plus pratiques pour aller sur internet et regarder des vidéos.

Autre nouveauté probable : la 4G, la compatibilité avec les réseaux très haut débit mobile, qui devraient arriver en France début 2013. Et puis, il y a aussi le petit détail qui va faire grincer des dents.

Le connecteur, ce port qui sert pour recharger l'appareil ou le raccorder à un ordinateur, serait plus petit que la version actuelle. Tant pis pour tous ceux qui possèdent déjà des accessoires iPhone, des enceintes par exemple. Elles ne seront plus compatibles. A moins d'avoir un adaptateur, qui devrait être commercialisé exclusivement par Apple, évidemment.

Faire oublier la déception du 4S

Apple n'a pas le droit de décevoir. L'iPhone est depuis longtemps la vache à lait du groupe, largement devant l'iPad, les macs ou les iPods. La contrepartie, c'est qu'Apple est "iPhone dépendant" si l'on peut dire. Il va donc falloir convaincre avec son nouveau produit star.

L'enjeu est d'autant plus essentiel que la dernière version de l'appareil, le 4S, avait été un peu décevante. La principale nouveauté était l'arrivée de Siri, un assistant vocal qui répond quand on lui parle. Autant dire que cela relève plus du gadget que de la rupture technologique.

Et pendant ce temps- là, les concurrents ne restent pas les deux pieds dans le même sabot. L'exemple le plus éclatant, c'est Samsung : son dernier smartphone, le Galaxy S3, s'est écoulé à 20 millions d'exemplaires en trois mois. Selon certains analystes, le mois dernier aux Etats-Unis, patrie des Applemaniacs, ce smartphone sud-coréen s'est mieux vendu que l'iPhone.

Pourtant, clairement, l'arrivée du nouveau joujou d'Apple devrait complétement rebattre les cartes. Les analystes estiment que l'iPhone 5 pourrait être l'un des plus gros lancements de l'histoire de l'électronique.

Anthony Morel