BFM Business

Holiday.com va dépasser Sex.com

La vente de noms de site internet très convoités devient de plus en plus lucrative.

La vente de noms de site internet très convoités devient de plus en plus lucrative. - Andrew Cowie - AFP

Holiday.com est sur le point de rafler à sex.com la place de nom de domaine le plus cher de l'histoire d'internet. Proposé aux enchères ce 5 novembre à Londres, il devrait dépasser les 27 millions d'euros.

Une fastueuse vente aux enchères est organisée ce mercredi 5 novembre par la maison Breathe Luxury ("respirez luxueux") à Londres. Elle se tiendra sur un méga yacht, le Sunborn, amarré sur la Tamise en face du cossu Novotel Excel, 4 étoiles. L'objet de cet opulent évènement? La vente d'un nom de domaine: Holiday.com.

Il faut dire que ces noms de sites internet sont en train de devenir aussi précieux que n'importe quel diamant rose. Holiday.com devrait ainsi, selon les spécialistes, devenir le nom de site internet le plus cher de l'histoire. Son prix de vente pourrait dépasser les 20 millions de livres sterling, soit à peu près 27 millions d'euros.

Sex.com entre au Guiness des records

Il devrait ainsi pulvériser sex.com, qui figure au Guiness des records comme le nom de domaine le plus cher, à 13 millions de dollars (8 millions d'euros). Même si en réalité, insurance.com a déjà été vendu plus cher, à 21 millions de livres sterling.

Pourquoi Holiday.com attise à ce point la convoitise? Parce que "holiday est le principal mot clé dans l'industrie du voyage. Il est récurrent dans les recherches, non seulement aux Etats-Unis mais aussi en Inde et en Chine. De sorte que son potentiel est énorme", a expliqué Farad Laaforce, directeur général de Breathe Luxury au Guardian ce mercredi.

Des prix qui augmentent avec la pub en ligne

Pour certains, un tel nom de domaine, court et universel, garantit un très haut niveau de référencement sur les moteurs de recherche à son propriétaire. Mais pour d'autres experts, son acheteur devra investir massivement pour développer le bon contenu derrière, seul moyen de convaincre Google et ses pairs.

Plus globalement, la vente de nom de domaine devient de plus en plus lucrative. En cause, selon le Quartz, l'exponentielle rentabilité de la publicité en ligne. Le site pointe ainsi une étude du cabinet Forrester selon laquelle dès 2016, les annonceurs américains dépenseront plus pour diffuser leur pub sur internet qu'à la télé. Et en 2019, le tube cathodique ne drainerait plus que 36% des budgets publicitaires outre-Atlantique.

Nina Godart