BFM Business

Hipster, vampire, bretzel: les nouveaux emojis arrivent sur nos écrans

69 nouveaux émoticônes arriveront bientôt sur nos smartphones pour enrichir notre vocabulaire numérique

69 nouveaux émoticônes arriveront bientôt sur nos smartphones pour enrichir notre vocabulaire numérique - Capture YouTube

Le consortium Unicode a dévoilé 69 nouveaux émoticônes qui vont permettre d’enrichir notre vocabulaire numérique et de personnaliser les messages que nous échangeons sur nos smartphones.

Un emoji -émoticône en français- vaut mieux qu’un long discours ou qu'un malentendu. Surtout quand il s’agit d’échanger en quelques mots avec un smartphone. Cette semaine, 69 nouveaux émoticônes ont été validés par le Consortium Unicode, l’association américaine qui régit ce drôle d’alphabet. D'ici les prochains mois, les internautes découvriront une femme voilée, un hipster évidemment barbu, un(e) vampire, un(e) zombie, une soucoupe volante, un bretzel, un dinosaure, et même un bitcoin, cette monnaie virtuelle qui n'existe que sur Internet. Ces symboles dévoilés dans une vidéo (voir en fin d'article) apparaîtront bientôt sur tous les smartphones de la planète et quel que soit le système (iOS, Android…).

-
- © Capture d'écran YouTube

Cette annonce équivaut, dans le langage numérique, aux nouveaux mots qui entrent chaque année dans les dictionnaires. Et cette année, il sera possible d’en dire plus, mieux ou d’affirmer sa personnalité grâce à ces symboles qui ont fait l’objet de discussions nourries pendant de longs mois avant d’être validés.

Un emoji "neutre" pour ceux qui ne se sentent ni homme, ni femme

Les emojis sont nés au Japon dans les années 90. Ce langage universel se compose de près de 2000 dessins et chaque jour, il s’en échange environ 6 milliards. Pour choisir ceux qui entreront dans notre vie numérique, le consortium Unicode se réunit ainsi quatre fois par an avec les géants de la tech (Facebook, Apple, Google….) et les représentants de quelques pays parmi lesquels l’Inde, le sultanat d’Oman et le Bangladesh. Pour faire partie du bureau, il faut verser une cotisation annuelle de 18.000 dollars. Et, selon Le Temps, qui publie un entretien de Mark Davis, le président de cette association américaine basée en Suisse, aucun pays européen n’a encore entamé de procédure pour siéger au Consortium.

-
- © Capture d'écran YouTube

Mais si le cercle est restreint pour décider, tout le monde peut proposer son propre emoji. Ces dernières années, des associations ont réussi à faire accepter que les visages soient proposés en différentes couleurs pour représenter l’ensemble des populations humaines. Cette année, un Américain a proposé un personnage de genre "neutre", c'est-à-dire ni masculin, ni féminin. "Tout le monde ne s'identifie pas comme un homme ou une femme", a expliqué Paul D. Hunt, l'inventeur de cet émoticône.

L’association Plan International, qui défend le droit des enfants, a elle proposé un emoji "règles" pour permettre aux femmes d’indiquer le moment où elles sont indisposées. Une campagne a été lancée sur Internet pour que les internautes choisissent entre cinq dessins. Les votants ont choisi une culotte illustrée de deux gouttes rouges qui sera donc bientôt proposée au consortium.

Pascal Samama