BFM Business

Google et Mozilla mettent en garde contre des sites chinois

Après Google, Mozilla va mettre en garde ses utilisateurs sur la sécurité de certains sites chinois.

Après Google, Mozilla va mettre en garde ses utilisateurs sur la sécurité de certains sites chinois. - Francesco Lodolo - Flickr - CC

Les navigateurs internet de Google -Chrome- et de Mozilla -Firefox- vont désormais alerter leurs utilisateurs sur certains sites chinois dont ils doutent de la sécurité.

Après Google, Mozilla rejette des certificats internet chinois. Le créateur du navigateur Firefox, a annoncé vendredi qu'il ne reconnaîtrait plus de nouveaux certificats de confiance délivrés par une autorité chinoise de régulation d'internet.

Comme Google, célèbre pour le navigateur Chrome et qui a annoncé cette mesure la veille, Mozilla rejette les certificats émis par le registre chinois China Internet Network Information Center (CNNIC) parce qu'ils n'offrent pas, selon lui, toutes les garanties en matière de sécurité.

Selon le site NextInpact, le CNNIC est l'une des plus grosses autorités chinoises d'internet, tandis que Chrome représente 52% des parts de marchés de la navigation sur le web en Chine. Les certificats de CNNIC sont utilisés par des banques, des services de commerces et autres institutions, précise encore le site spécialisé. 

Des messages d'alerte à chaque connexion

Les certificats de CNNIC sont utilisés pour s'assurer que la connexion entre un utilisateur et un site web est sécurisée. Ces certificats ont fait l'objet d'un réexamen la semaine dernière à la suite de la publication par Google d'informations selon lesquelles l'agence chinoise avait autorisé la société MCS Holdings, basée au Caire, à délivrer des certificats non autorisés pour divers noms de domaines du géant américain de l'internet.

Les décisions de Google et Mozilla signifient que les utilisateurs de Chrome et Firefox vont recevoir un message d'alerte quand ils se connecteront sur les sites certifiés par CNNIC. Il sera possible de passer outre l'avertissement, mais ce contournement sera "fortement déconseillé par le navigateur", détaille NextInpact.

Chrome est le navigateur le plus populaire pour les ordinateurs de bureau et les tablettes avec 50% de parts de marchés, suivi par Internet Explorer de Microsoft (18%) et Firefox (16,9%), selon les données de Statcounter.

Les relations entre les géants américains d'internet et l'empire du milieu continuent d'être tendues. Le moteur de recherche Google est par exemple difficilement accessible en Chine. D'autres groupes, comme Qualcomm et Microsoft, ont été condamnés à des amendes dans le pays en février.

N.G. avec Reuters