BFM Business

Google entre en salle d'opération grâce aux robots chirurgicaux

AFP Susana Bates

AFP Susana Bates - AFP

Google continue de s'intéresser à la santé humaine. Il jette son dévolu sur les robots chirurgicaux en co-investissant avec le groupe pharmaceutique Johnson&Johnson.

L'histoire récente mais dense des investissements de Google dans la santé humaine s'enrichit d'un nouvel avatar. Le géant de l'Internet va aider le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson (J&J) à concevoir des robots chirurgicaux, un créneau en plein essor, afin d'aider les praticiens lors d'opérations. "Ensemble, nous voulons donner aux équipes médicales à travers le monde le meilleures technologies", souligne Gary Pruden, un des responsables de J&J.

Ce partenariat stratégique, dont les termes financiers n'ont pas été dévoilés, porte sur le développement d'une plateforme de robots chirurgicaux entre Ethicon, une filiale de J&J, et le groupe californien. Google apportera son savoir-faire et ses brevets dans la robotique, domaine dans lequel il a racheté plusieurs sociétés (Boston Dynamics), l'imagerie et l'analyse de données. 

Le développement de ces robots demande de lourds investissements d'où l'avènement d'alliances comme celle liant Johnson & Johnson et Google.

Le robot s'est imposé dans de nombreux domaines de la santé: chirurgie cardiaque, gynécologie, endocrinologie, ophtalmologie, et surtout urologie. Aux Etats-Unis, le traitement du cancer de la prostate par prostatectomie radicale avec l'aide du robot est réalisé par un très grand nombre de praticiens, selon les experts.

Sa division Life&Sciences fourmille de projets de recherche

Pour Google, il s'agit aussi d'une preuve de son intérêt croissant dans le domaine de la santé humaine. Il dispose d'une équipe dédiée oeuvrant dans une division baptisée Life&Sciences, au sein de son laboratoire "secret" connu sous le nom de Google X.

Cette division santé fourmille de projets telles la lentille de contact qui mesure la glycémie pour aider les malades atteints du diabète ou la cuillère "vibrante" qui contrecarre les tremblements provoqués par la maladie de Parkinson.

Lift Labs, la société qui a conçu ce dernier dispositif a même été rachetée en septembre 2014 par Google. Ce dernier a également investi dans les sociétés 23andMe (analyse du code génétique) et a créé Calico pour effectuer des recherches médicales afin de lutter contre le vieillissement.

Frédéric Bergé