BFM Business

Google a craqué pour l'étonnante technologie de cette start-up française

Google a annoncé mercredi le rachat de la start-up française Moodstocks, qui a mis au point une technologie permettant aux smartphones de reconnaître des objets.

Les objets sont-ils l'avenir d'internet? Si de plus en plus d'appareils sont capables de se connecter au web pour proposer des services, l'interaction peut aussi se faire dans l'autre sens. Des terminaux capables de reconnaître les objets dans notre environnement pour vous donner des informations par exemple ou vous proposer de les acheter. Et c'est cette dernière fonctionnalité qui intéresse particulièrement Google.

C'est pour cela que la firme vient de faire l'acquisition de Moodstocks, une start-up française spécialisée dans cette technologie. Cette pépite parisienne créée en 2011 a mis au point une technologie permettant aux smartphones de reconnaître des objets. "Il y a encore beaucoup à faire pour améliorer la vision des appareils. C'est là que Moodstocks intervient", a écrit dans un blog Vincent Simonet, ingénieur informatique en chef chez Google France.

Avec cette transaction, dont le montant n'est pas révélé, Google met la main sur une technologie permettant aux smartphones et tablettes de "voir" les objets réels et images vers lesquels ils sont orientés. Braquée sur des objets, la caméra des téléphones se transforme ainsi en scanner de reconnaissance permettant d'identifier en temps réel une paire de chaussures ou un magazine.

Une fois la transaction finalisée, la petite équipe de Moodstocks rejoindra l'unité de recherche et de développement de Google à Paris, indique le groupe. Le géant américain, filiale d'Alphabet, continue ainsi ses investissements tous azimuts dans l'intelligence artificielle, le nouveau terrain de jeu où les mastodontes d'internet se livrent bataille. Le groupe va notamment lancer d'ici à la fin de l'année son assistant virtuel Home, plateforme pour la maison connectée, qui devra se mesurer à son rival d'Amazon et peut-être d'Apple.

Frédéric Bianchi