BFM Business

France et Allemagne veulent une coalition internationale contre la cybercriminalité

Pour Bernard Cazeneuve, il faut "adapter notre sécurité à la menace. [...] C'est un sujet majeur de réflexion parmi les services de renseignement européens".

Pour Bernard Cazeneuve, il faut "adapter notre sécurité à la menace. [...] C'est un sujet majeur de réflexion parmi les services de renseignement européens". - DENIS CHARLET / AFP

Lors du Forum International de la Cybercriminalité qui se tient à Lille ce 20 janvier, les ministres de l’intérieur français et allemand ont plaidé pour une meilleure coopération entre les deux pays. Ils appellent aussi à une collaboration internationale.

Lors du FIC (Forum international de la cybersécurité), les ministres français et allemand de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve et Thomas de Maizière, font cause commune. Ils plaident pour un renforcement de la coopération entre leurs deux pays. Mais pas seulement. Il insistent pour que cette action contre la cybercriminalité et au cyberterrorisme se fasse à l'échelle internationale.

"Il est nécessaire que notre riposte soit commune, européenne, internationale (..) Nous sommes tous confrontés au même défi", a déclaré Bernard Cazeneuve, lors de son allocution en ouverture de la 7e conférence sur la cybersécurité qui se déroule jusqu'à mercredi dans la capitale des Flandres sur le thème de la transformation numérique.

"Les attentats que nous avons affrontés ont eux-aussi largement démontré la centralité de la cybersécurité", a-t-il poursuivi, évoquant les propositions en matière de lutte antiterroriste qui doivent être présentées mercredi au conseil des ministres.

La coopération doit aller beaucoup plus loin

"Adapter notre sécurité à la menace", c'est "un sujet majeur de réflexion parmi les services de renseignement européens", a-t-il ajouté, en remerciant Thomas de Maizière d'être "venu nous apporter son soutien dans cette période particulièrement difficile où la France fait face à une crise sans précédent".

Bernard Cazeneuve a souligné que les groupes jihadistes voyaient dans l'internet un excellent moyen de "propagande" et de "recrutement".

Thomas de Maizière a rappelé que la France et l'Allemagne collaboraient déjà en matière de cybercriminalité, mais, a-t-il assuré, "nous pouvons pousser la coopération beaucoup plus loin et nous allons le faire entre le BSI (Bundesamt für Sicherheit in der Informationstechnik) et l'ANSSI" (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information), les organismes allemand et français respectifs spécialisés dans la surveillance de l'internet au sein des ministères de l'Intérieur des deux pays.

En attendant, Bernard Cazeneuve devrait présenter demain ses propositions pour mieux assurer la cyberdéfense française. Dès après les attentats, le Premier Ministre lui avait donné 8 jours pour rendre sa copie qui pourrait spécifiquement viser les réseaux sociaux.

P.S. avec AFP