BFM Business

Facebook, Youtube... ces sites qui distraient les salariés

L'usage personnel d'internet sur le lieu de travail entraîne une chute de la productivité de 14%.

L'usage personnel d'internet sur le lieu de travail entraîne une chute de la productivité de 14%. - -

C'est le trio de tête des sites les plus consultés depuis le lieu de travail, selon une étude menée auprès d'une centaine d'entreprises par Olfeo. Le surf à usage personnel coûterait aux entreprises près de 3.000 euros par cadre.

Deux minutes le temps de vérifier mon profil Facebook. Un quart d'heure pour visionner une vidéo Youtube hilarante qu'on vient de m'envoyer. Promis, après je m'y mets. Qui peut se vanter de ne jamais utiliser internet au bureau à des fins personnelles ? Mais les minutes s'additionnent vite.

Un salarié passe en moyenne 1 heure 48 par jour sur internet, dont plus de la moitié pour des activités qui n'ont rien à voir avec le travail, selon Olfeo, spécialiste des systèmes de filtrage sur internet,

Sur une année, un salarié moyen passerait 31 journées entières à surfer, depuis son bureau, sur des sites qui n'ont rien à voir avec le travail. Soit près de 3 jours ouvrés par mois, évaporés.

Un chute de 14% de la productivité

Le matin, ce sont les sites d'information qui sont les plus regardés. Sur l'heure du déjeuner, visionnage d'émissions de télé ou jeux en ligne. Sans oublier bien sûr les réseaux sociaux, tout au long de la journée, ainsi que les sites de e-commerce. Facebook, Youtube et Wikipedia sont les sites les plus consultés.

Quel impact sur la productivité ? C'est l'éternel débat. Certains affirment qu'il est négligeable : la pause Facebook entre deux dossiers aurait simplement pris la place de la pause cigarette ou machine à café. L'étude elle, ne va pas dans ce sens : elle estime que l'usage personnel d'internet sur le lieu de travail entraîne une chute de la productivité de 14%.

Le surf à usage personnel aurait un coût non négligeable pour l'entreprise : pour un salarié qui gagne 3.000 euros bruts par mois, la perte annuelle est estimée à près de 8000 euros.

Anthony Morel