BFM Business

Expedia, l'Américain qui se cache derrière voyages-sncf.com

Le service français est proposé par une filiale commune entre la SNCF et l'américain Expedia

Le service français est proposé par une filiale commune entre la SNCF et l'américain Expedia - -

Hormis les billets de train, les prestations proposées par le site Voyages SNCF sont fournies depuis les Canaries par l'américain Expedia, associé à la SNCF au sein d'une filiale commune. Un montage qui ne fait pas les affaires du fisc français...

Quand vous commandez sur Voyages-sncf.com, vous pensez sans doute passer par cette bonne vieille SNCF. C’est vrai si vous commandez un billet de train, activité qui représente plus de 90% des recettes du site.

En revanche, pour toutes les autres prestations, vous passez en réalité par un prestataire. Pour les voyages organisés, c'est Karavel, propriétaire du site Promovacances. Pour l'avion, l'hôtel ou la location de voitures, c'est l’américain Expedia. 

En pratique, lorsque vous achetez une prestation, voyages-sncf.com la commande à Vacation Spot SL, une filiale d'Expedia basée aux îles Canaries. "Le client paye directement Vacation Spot, qui est la centrale d'achat utilisée par voyages-sncf.com", explique la société. Autrement dit, même si vous commandez une chambre d'hôtel dans la rue voisine, la commande fera un détour par les Canaries...

Détour par les Canaries

En pratique, voyages-sncf.com et Vacation Spot se partagent donc la commission réalisée sur la prestation. "Une centrale d'achat garde typiquement un quart de la commission, et l'agence de voyages conserve les trois quarts", explique voyages-sncf.com.

Précisément, la vente de prestations (hors billets de trains) est assurée par une société française baptisée L'agence voyages-sncf.com SAS. Cette société déclare un chiffre d'affaires correspondant aux commissions engrangées sur la vente de prestations.

Mais cet argent repart ensuite chez Expedia. En effet, "le chiffre d’affaires est réalisé à 94% avec le groupe Expedia", indiquent les comptes 2011. Explication: pour quasiment toutes ses dépenses (marketing, technologies...), L'agence voyages-sncf.com SAS se fournit auprès de l'Américain.

Paradis fiscaux

Au final, L'agence voyages-sncf.com SAS réalise une marge d'exploitation faible: 11% en 2009, 7% en 2010 et -0,4% en 2011. Résultat: elle fait peu de bénéfices, et paye donc au fisc français des impôts modestes: un million d'euros en 2009, 311.300 en 2010, puis 43.000 en 2011.

La moitié de ces bénéfices part aussi chez Expedia. En effet, l'Américain détient 49,9% de L’agence voyages-sncf.com SAS, le reste du capital étant détenu par la SNCF.

Précisément, ces 49,9% sont détenus par une société britannique (Expedia.com Ltd), elle-même détenue par une filiale luxembourgeoise (WWTE Travel SARL), elle-même détenue par la maison mère Expedia Inc. 

Mais le Luxembourg n'est pas le seul paradis fiscal utilisé par Expedia, qui a aussi cinq filiales aux îles Caïmans, une aux îles Vierges britanniques, trois à Singapour, huit au Nevada et sept au Delaware, où est même immatriculée la maison-mère. Et Expedia fait dormir la moitié de sa trésorerie (1,3 milliard de dollars au total à fin 2012) dans des paradis fiscaux hors des Etats-Unis, afin de ne pas payer d'impôts dessus.

Interrogée, la société explique sa faible rentabilité par les difficultés actuelles du marché du tourisme, et rappelle que sa rentabilité était meilleure précédemment.

Jamal Henni