BFM Eco

Doctolib, le champion français des rendez-vous médicaux, vaut désormais 1 milliard d'euros

Le français Doctolib, leader en Europe de la prise de rendez-vous médical vient de lever 150 millions d'euros pour continuer à se développer. Il entre dans le club très fermé des start-up françaises qui valent plus de 1 milliard d'euros.

Doctolib est en pleine forme. La start-up française spécialisée dans la prise de rendez-vous médicale vient de lever 150 millions d'euros pour continuer à se développer. Une levée effectuée auprès de la banque publique BPI, des fonds Eurazeo, Accel Partners, Kernel, General Atlantic ainsi que de médecins et entrepreneurs allemands. 

Co-fondée en 2013 et toujours dirigé par Stanislas Niox-Château, un ancien espoir du tennis français, la jeune pousse vaut déjà grâce à cette levée de fonds la bagatelle de 1 milliard d'euros. 

La start-up entre dans un club très fermée, celui des licornes françaises, ces sociétés non cotées qui valent au moins 1 milliard d'euros. Doctolib rejoint ainsi BlaBlaCar, Deezer, Vente-privee.com et le champion des services de stockage en ligne (cloud) OVH.

Jusqu'à présent valorisée entre 200 et 500 millions d'euros, Doctolib fait un grand bond en avant. La société qui permet aux patients de prendre rendez-vous directement en ligne avec leur médecin et à ces derniers de gérer leur agenda s'est en quelques années imposée comme le leader du secteur en Europe. Présente en France et en Allemagne, la société compte 75.000 praticiens inscrits sur sa plateforme (médecins généralistes et spécialistes) ainsi que 1.400 établissements de santé. Tous les mois ce sont ainsi 30 millions de patients qui se rendent en Europe sur Doctolib pour effectuer leur prise de rendez-vous. Un service financé par les praticiens inscrits sur la plateforme et qui déboursent 109 euros par mois. D'où un chiffre d'affaires annuel (non communiqué par la société) qu'on peut estimer à 100 millions d'euros avec 75.000 praticiens inscrits.

Déployer la téléconsultation

La société qui avait racheté en 2018 son concurrent MonDocteur pour une cinquantaine de millions d'euros compte désormais 750 salariés dont 150 ingénieurs et développeurs répartis dans ses deux centres d'innovations situés à Paris et Berlin. Et elle compte doubler ses effectifs d'ici trois ans.

Avec ces 150 millions d'euros levés, Doctolib, qui avait déjà levé 61 millions d'euros en 2017, compte passer à la vitesse supérieure. Dans les mois qui viennent, elle compte améliorer la qualité de ses services actuels ainsi que développer son service de téléconsultation (désormais remboursé sous certaines conditions par la Sécu) lancé en janvier par la plateforme. La société met en effet moyennant 79 euros par mois un outil vidéo sécurisé qui permet au médecin de dialoguer avec leurs patients, obtenir un télépaiement, et envoyer l'ordonnance par mail. Déployé principalement en Ile-de-France, le service pourrait être étendu à toute la France dans les mois qui viennent.

Enfin après la France et l'Allemagne, pays dans lequel la start-up s'est très tôt implantée dès 2016, Doctolib compte sur cette nouvelle levée de fonds pour s'implanter dans de nouveaux pays pour conforter sa place de numéro 1 européen du secteur.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco