BFM Business

Combien de temps les cadres passent-ils à lire leurs emails?

Environ trois quarts des répondants à l'étude (73%) vérifient leurs emails, professionnels ou personnels, avant même d’arriver sur leur lieu de travail.

Environ trois quarts des répondants à l'étude (73%) vérifient leurs emails, professionnels ou personnels, avant même d’arriver sur leur lieu de travail. - Josep Lago-AFP

En moyenne, un cadre français passe un peu plus de 5 heures et demie par jour à consulter les courriers qui s'accumulent dans sa boîte mail. Et le smartphone pro n'arrange pas les choses. Bien au contraire.

Les cures de "digital détox" ont encore de beaux jours devant elles. Selon une étude réalisée en juillet 2015 par la société Adobe auprès de 1.600 cadres en Europe (France, Royaume-Uni et Allemagne) et aux Etats-Unis, le consultation des emails occupe toujours une part dominante de leur journée.

Parmi les enseignements-clés de cette étude, on retient que les personnes interrogées estiment passer en moyenne 5,4 heures par jour (5,6 heures en France) à consulter leurs emails.

Les employeurs auront des raisons de se satisfaire en constatant que 76 % des cadres européens (74% en France) regardent leurs emails professionnels en dehors de leurs heures de travail. Et 21% admettent consulter leurs emails avant même de sortir de leur lit le matin (20% en France).

Comment le smartphone a "étendu" la journée de travail

Cette "addiction" est en grande partie due aux smartphones, outil plébiscité pour consulter ses courriels. En effet, 71% des personnes interrogées (69% en France) regardent leurs messages électroniques, professionnels ou personnels, directement sur leur téléphone portable. Ce chiffre atteint 87% pour la tranche 18-34 ans.

Si la réunion ou l'entretien en face-à-face reste la méthode de communication préférée par presque la moitié des cadres européens (47%), l’email est désormais plébiscité par un quart des personnes interrogées. Et cet engouement pour ce mode de communication est lié à plusieurs atouts que mettent en avant les personnes interrogées dans cette étude.

- 2 cadres français sur 3 favorisent l’email à la réunion lorsqu’une trace écrite est nécessaire.

- 55% le trouvent plus efficace pour l’envoi ou la réception de documents (60% au Royaume-Uni et 66% en Allemagne).

- 44% des cadres français considèrent qu’il est plus aisé d’envoyer un email pour transmettre des coordonnées (52% au Royaume-Uni et en Allemagne). 

Vers un droit à la déconnexion en entreprise ?

L'invasion des emails dans la vie professionnelle et personnelle des salariés pose aussi la question, complexe, du "droit à la déconnexion" que certaines entreprises ou branche professionnelle tentent d'appliquer.

La convention collective du Syntec, amendée en 2014, prévoit que, hors des heures de travail, les salariés pourront revendiquer le droit de ne pas répondre aux sollicitations de leurs chefs et collègues sur les différents outils de communication à distance (messagerie, smartphone…).

Face à cette intrusion des emails dans la vie privée, l’étude révèle également que seulement 28% des cadres français interrogés se sont imposés une cure de "digital détox" afin de réduire le temps passé à vérifier leurs emails (35% au Royaume-Uni et 42% en Allemagne).

Ces pauses ont pourtant des effets positifs sur les employés: 61% (France) se sont sentis détendus (44% au Royaume-Uni et 50% en Allemagne) ; 28% (France) se sont sentis libérés (33% au Royaume-Uni et 19% en Allemagne). Ceux qui ont "souffert" de leur addiction, ressentant de l'angoisse pendant cette période de déconnexion, sont donc peu nombreux : 9% en France, 5% au Royaume-Uni et 13% en Allemagne.

Frédéric Bergé