BFM Business

Boeing s'inspire de Star Wars pour neutraliser les drones en vol

De tels systèmes anti-drones pourraient être aisément installés autour de zones sensibles pour les sécuriser.

De tels systèmes anti-drones pourraient être aisément installés autour de zones sensibles pour les sécuriser. - Boeing (branche Défense)

Le constructeur d'avions a conçu un canon laser neutralisant un drone en vol. Ce système vise à protéger les zones sensibles contre les vols illégaux de ces aéronefs.

Boeing conçoit des drones (militaires) mais sait aussi comment s'en débarrasser. Le constructeur aéronautique américain a conçu un prototype d'arme capable de neutraliser à distance un drone en vol à partir d'un canon laser.

On pourrait se croire dans un remake du film Star Wars mais cette arme est vraiment capable de mettre hors d'usage un petit aéronef en plein vol en lui brûlant une partie du fuselage grâce à son rayon laser infrarouge.

"Silencieux, invisible et précis", vante Boeing à propos de ce système compact qui allie la détection, la visée de la cible et sa destruction. Ce laser est composé de quatre "valises" transportables sur un site (comme un camp militaire) dont son alimentation électrique, le clou du système présenté étant le canon laser lui-même capable d'enflammer à distance le drone. 

Dans un vidéo de démonstration (ci-dessous), le laser, installé en position fixe, est pointé sur la queue de l’engin en vol qui prend feu, déstabilisant ainsi le drone, lequel finit par chuter au sol. 

Le constructeur ne précise aucune date de disponibilité ou encore moins d'estimation de prix pour son canon laser. Ce type de système anti-drone risque de connaître un succès certain parmi les autorités civiles ou militaires, confrontées à une montée en puissance des vols illégaux de drones sur certains installations sensibles.

La France, qui n'a pas été épargnée par ce phénomène, avec le survol de certaines de ses centrales nucléaires, réfléchit sérieusement à se doter de tels systèmes.

L'Agence nationale de la recherche a retenu au printemps 2015, deux consortiums dans le cadre du programme "Protection des zones sensibles vis-à-vis des drones aériens."

Frédéric Bergé