BFM Business

BlackBerry réfléchit à son devenir

BlackBerry sort de la Bourse

BlackBerry sort de la Bourse - -

BlackBerry se porte mal. Le fabricant canadiens de téléphones a annoncé ce lundi 12 août, la création d'un comité spécial chargé d'étudier toutes les éventualités, dont une vente.

BlackBerry est poussé dans ses derniers retranchements. Le groupe canadien vient d'annoncer, ce lundi 12 août, qu'il avait mis sur pied un comité spécial chargé d'explorer des alternatives stratégiques, parmi lesquelles des coentreprises, des partenariats ou la vente de la société.

Les mauvaises nouvelles se confirment donc pour BlackBerry. Des rumeurs, la semaine dernière, révélaient que le fabricant de téléphones pourraient se retirer de la cote.

En conséquence de ces annonces, le PDG de la société de services financiers Fairfax Financial, Prem Watsa, a décidé de démissionner de son poste au conseil d'administration de Blackberry. Fairfax Financial est le plus gros actionnaire de Blackberry et la décision de M. Watsa a été motivée par "les conflits (d'intérêts) potentiels qui pourraient se manifester durant la procédure".

Chute de la capitalisation boursière

BlackBerry tente de se soulager. En effet, le groupe a vu sa capitalisation boursière chuter, passant de 84 milliards de dollars en 2008 à 4,8 milliards de dollars.

En se retirant de la Bourse, par exemple, n'aura plus à souffrir de la pression de bilans financiers trimestriels, ni de blocages de décisions par des investisseurs soucieux de rentabilité à court terme.

Le comité spécial se compose de 5 des 8 autres membres du conseil d'administration, dont le directeur général, Thorsten Heins.

Blackberry précise n'avoir "pas de garantie" d'arriver à une quelconque opération et précise qu'il ne fera plus de commentaire sur la question tant que son conseil d'administration n'aura pas approuvé une transaction ou mis fin à la procédure.

Le titre BlackBerry, suspendu dans l'attente de cette annonce, a repris en forte hausse de 9,4% dans les transactions d'avant-Bourse à Wall Street.

Diane Lacaze