BFM Business

Apple Music: tout le monde applaudit sauf... les artistes français

-

- - Justin Sullivan - AFP

A peine annoncée, la plateforme de streaming musical d’Apple inquiète les artistes français dont les représentants redoutent "une dégradation supplémentaire" de leur rémunération.

10 euros pour s’abonner, seul, à Apple Music, 15 euros pour une famille composée au maximum de 6 personnes... Les tarifs annoncées lundi 8 juin par Tim Cook pour le lancement du service de streaming d’Apple qui sera opérationnel dès cet automne ne font pas que des heureux. 

Pour l’Adami, la société qui gère les intérêts des artistes-interprètes français, cette formule générera des revenus allant en moyenne de 11 à 17 centimes d’euros par mois et par adhérent. Dans un communiqué, cette organisation professionnelle note que si "Apple Music peut être une opportunité pour l’industrie musicale, […] il dégrade un peu plus encore la rémunération des artistes". Et de pointer en particulier l’offre "famille" qui permet à 6 personnes d’accéder au service pour une quinzaine d’euros 

Une loi pour la musique en ligne ?

Pour protéger les artistes, l’Adami réclame "une loi spécifique pour les offres de musiques en ligne." Son souhait? "Que la France rejoigne rapidement les Etats-Unis ou l'Espagne en créant "une gestion collective obligatoire du digital pour redonner aux artistes leur véritable place, dans une industrie dont les lendemains pourraient chanter à nouveau".

Les concurrents d’Apple Music s’interrogent également sur ce forfait. Pour Simon Baldeyrou, directeur général de Deezer, ce forfait était une vraie surprise et son montant reste un mystère. "Je suis content d’apprendre qu’Apple arrive sur ce marché et s’aligne, comme les autres acteurs du streaming, sur les abonnement à 10 euros, mais je suis curieux d’en savoir plus sur l’offre à familiale."

Pascal Samama