BFM Business

Alphabet (Google) cartonne grâce à  YouTube et aux mobiles

Alphabet, la maison mère de Google, a présenté des résultats financiers meilleurs que prévu pour le deuxième trimestre, avec une croissance de 23% de son chiffre d'affaires due notamment à une hausse de ses revenus publicitaires réalisés sur des supports mobiles.

Alphabet, la maison mère de Google, a présenté des résultats financiers meilleurs que prévu pour le deuxième trimestre, avec une croissance de 23% de son chiffre d'affaires due notamment à une hausse de ses revenus publicitaires réalisés sur des supports mobiles. - Google

Selon ses résultats trimestriels, le bénéfice net de la maison mère de Google a grimpé de 43% à 4,9 milliards de dollars, et le chiffre d'affaires de 21% à 21,5 milliards de dollars. L'essor de la publicité vidéo sur YouTube et via les smartphones dope la croissance du géant du web.

Alphabet, la maison mère de Google, a encore profité pleinement au deuxième trimestre de sa position de force dans la publicité sur Internet. D'après des résultats publiés jeudi 28 juillet 2016 dans la soirée, le bénéfice net a grimpé de 43% à 4,9 milliards de dollars (4,5 milliards d'euros) au deuxième trimestre, et le chiffre d'affaires de 21% à 21,5 milliards de dollars (19 milliards d'euros). Ce dernier chiffre est supérieur aux attentes du marché. Tout comme le bénéfice par action, pris comme référence aux États-Unis, qui a dépassé de 38 cents la prévision moyenne des analystes à 8,42 dollars.

Ces résultats "reflètent les investissements fructueux que nous faisons depuis plusieurs années pour nous étendre rapidement dans des domaines comme le mobile et la vidéo", a commenté la directrice financière, Ruth Porat. Lors d'une téléconférence avec des analystes, celle-ci a décrit la progression de l'usage des services de recherche en ligne de Google depuis les smartphones comme le "principal moteur" de la croissance du groupe, expliquant que le groupe profitait en particulier d'un changement intervenu l'an dernier dans les formats publicitaires qui y sont intégrés.

Les revenus de YouTube sont dopés par la publicité vidéo

Par ailleurs, "les revenus de YouTube continuent d'augmenter à une vitesse très importante, soutenus principalement par la publicité vidéo", a relevé la directrice financière.

Pour sa part, le patron de Google, Sundar Pichai, a fait état de retours positifs sur leurs campagnes "de beaucoup de grandes marques qui continuent d'investir de plus en plus de leurs budgets (publicitaires) sur YouTube". Cela se traduit aussi sur les revenus reversés par YouTube aux créateurs de vidéos publiées sur son service, qui affichent une croissance moyenne de 50% sur les trois dernières années, a-t-il noté.

La filiale Google qui depuis une réorganisation l'an dernier s'est recentrée sur le coeur de métier du groupe (publicité et recherche en ligne, YouTube, Android) représente l'essentiel des bénéfices et du chiffre d'affaires d'Alphabet. Google a vu son bénéfice d'exploitation s'améliorer de 25% sur un an à presque 7 milliards de dollars (6,3 milliards d'euros), et son chiffre d'affaires de 21% à 21,3 milliards de dollars, dont 19,1 milliards pour les seules recettes publicitaires (+19%). Il semble donc résister pour l'instant à la concurrence croissante représentée dans la publicité en ligne par Facebook, qui a lui-même annoncé mercredi des résultats en très forte hausse et met lui aussi beaucoup la pression dans la vidéo.

Les paris technologiques de Google sur le futur restent déficitaires

Alphabet continue d'investir "de manière disciplinée" et "responsable" dans ses paris futuristes, avec en particulier la volonté "d'obtenir le meilleur rendement possible", a relevé Ruth Porat, la directrice financière. Ces paris recouvrent par exemple les investissements dans la santé et les voitures sans chauffeur, mais aussi des projets plus fous envisageant par exemple d'utiliser des montgolfières comme relais internet.

Pris globalement, ces paris sont déficitaires, avec une perte d'exploitation qui s'est creusée ce trimestre à 859 millions, contre 660 millions un an plus tôt. Même si cela reste peu élevé à l'échelle du groupe, ils dégagent quand même 185 millions de dollars de chiffre d'affaires, un montant plus que doublé sur un an et dû pour l'essentiel aux branches Nest (alarmes et thermostats connectés), Verily (santé) et Fiber (réseau internet expérimental à très haut débit en fibre optique).

F.Bergé avec AFP