BFM Business

Airbus veut aider Uber à démocratiser l'hélicoptère

L'idée d'Airbus est de développer le marché du transport de personnes par hélicoptères en s'appuyant sur la puissance de feu d'Uber.

L'idée d'Airbus est de développer le marché du transport de personnes par hélicoptères en s'appuyant sur la puissance de feu d'Uber. - Airbus Group

En s'alliant avec la première plateforme, Airbus veut tester un nouveau modèle économique. Et, par la même occasion, trouver un relais de croissance alors que ses grands clients, les exploitants de plateformes pétrolières, sont frappés par la chute du prix du baril.

Airbus et Uber, même combat? L'avionneur vient d'annoncer avoir signé un partenariat avec le géant mondial du transport de personnes. On voit pourtant mal Uber investir dans l'achat d'hélicoptères alors que, jusqu'à nouvel ordre, le groupe californien n'a jamais acheté en propre de véhicules, laissant la charge de cet investissement aux chauffeurs qui utilisent son appli. La réponse est simple: Airbus, comme Uber, veulent susciter de nouveaux usages. S'appuyant sur A3, une nouvelle filiale implantée dans la Silicon Valley, l'avionneur lui a donc proposé de s'allier pour tester le transport à la demande à bord d'hélicoptères. 

Dans le communiqué officiel annonçant leur collaboration, Airbus explique vouloir explorer ce "marché pilote consistant à proposer un service de transport à la demande à bord des hélicoptères H125 et H130 d'Airbus Group". Et il espère ainsi pouvoir "démontrer la viabilité d'un nouveau modèle économique pour les opérateurs d'hélicoptères souhaitant accéder à une plus large base de clients".

En clair, convaincre les professionnels du transport aérien par hélicoptères qu'il pourrait faire croître leur clientèle en s'appuyant sur Uber, qui ces derniers mois multiplie les tests pour évaluer l'importance du marché de cette alternative (coûteuse) à la voiture avec chauffeur.

Airbus et Uber vont au festival du film de Sundance

Pour le patron d'Hélipass, qui a travaillé avec Uber lors du dernier Festival de CannesAirbus espère trouver ainsi un relais de croissance: "Le marché mondial de l'hélicoptère civil léger est affecté par le recul des commandes des entreprises du secteur de l'énergie pénalisé par la chute du prix du pétrole. Or, ce sont de gros clients traditionnels pour Airbus qui cherche visiblement, en s'alliant avec Uber, à explorer de nouveaux marchés" explique Frédéric Aguettant.

Airbus concrétisera sa coopération avec Uber à l'occasion du festival du film de Sundance (Utah) qui se déroule du 21 au 31 janvier 2016. Un usage lié à un événement pour lequel le recours à l'hélicoptère se justifie plus facilement, comme le reconnaît le patron d'Hélipass: "Ce service a très bien marché pour nous à Cannes. Il n'en reste pas moins que pour Uber, le service de réservation d'hélicoptères à la demande, en dehors d'événements particuliers, cherche encore son modèle économique".

Uber ne teste pas que l'hélicoptère comme alternative à la voiture. La plateforme d'intermédiation a aussi mis en avant des offres de mise en relation avec des exploitants de bateaux en Turquie et de Rickshaw en Inde.

Le fonds Airbus Ventures investit dans sa première société américaine

Le fonds de capital-risque Airbus Ventures, lancé au printemps 2015 et doté de 150 millions de dollars, a débuté ses activités en réalisant son premier investissement auprès de l'entreprise américaine Local Motors en vue d'un projet aérospatial en Allemagne.

Cette société de conception automobile basée à Phoenix, dans l'Arizona, "se distingue par un mode de développement ouvert et des procédés de micro-fabrication", explique Airbus. "Les fonds investis par Airbus Ventures visent à permettre à cette société de créer en Allemagne des micro-usines et des laboratoires spécialisés dans l'aérospatial".

Frédéric Bergé