BFM Business

Airbus et Safran injectent 2,4 milliards dans Ariane 6

Le premier vol d'Ariane 6 est prévu pour 2020 et  la fusée atteindra sa pleine capacité opérationnelle en 2023.

Le premier vol d'Ariane 6 est prévu pour 2020 et la fusée atteindra sa pleine capacité opérationnelle en 2023. - JM Guilllo-AFP PHOT

L'Agence spatiale européenne a signé avec Airbus Safran Launchers le contrat de développement du prochain lanceur européen. Il remplacera Ariane 5 à l'horizon 2020.

C'est parti pour la future fusée Ariane 6. Airbus Safran Launchers (ASL) a décroché auprès de l'agence spatiale européenne (ESA) le contrat de développement du lanceur européen pour un montant de 2,4 milliards d'euros.

Ce contrat couvre le développement du lanceur avec ses deux versions Ariane 62 et 64, c'est-à-dire à deux ou quatre boosters. Il "inclut notamment un engagement ferme d'environ 680 millions d'euros pour mener les premières activités de développement (phases A et B) jusqu'à la revue de définition préliminaire prévue mi-2016", selon ASL, la co-entreprise entre Safran et Airbus.

Si le premier vol est programmé pour 2020, la fusée Ariane 6 doit atteindre sa pleine capacité opérationnelle en 2023, en terme industriel.

La décision des Européens de se doter d'un lanceur compétitif à cet horizon avait été prise en décembre 2014, lors d'une conférence ministérielle à Luxembourg.

L'Europe entend faire face à la concurrence de SpaceX

Il s'agissait notamment pour l'Europe de faire face à de nouveaux concurrents comme l'américain SpaceX, grâce aussi à une refonte de la gouvernance de la filière en Europe.

Outre celui conclu avec Safran et Airbus, l'ESA a signé des contrats pour le développement de la base de lancement d'Ariane ainsi que celui de Vega-C, l'évolution du petit lanceur Vega de l'ESA.

Signés avec Airbus Safran Launchers (ASL), le CNES et ELV (European Launch Vehicle), ces contrats "couvrent l'ensemble des travaux de développement d'Ariane 6 et de sa base de lancement, dans la perspective d'un vol inaugural en 2020, ainsi que ceux de Vega-C, en vue d'un premier lancement en 2018", selon l'ESA.

Leurs montants sont les suivants : 2,4 milliards d'euros pour Ariane 6 (ASL), 600 millions pour l'ensemble de lancement (CNES) et 395 millions pour Vega-C (ELV), selon l'Agence spatiale européenne.

F.Bergé avec AFP