BFM Business

Santé: Famar va vendre ses 12 sites industriels

-

- - Pixnio

Le sous-traitant pharmaceutique Famar, appartenant au fonds américain KKR, va vendre l'ensemble de ses actifs, soit 11 sites industriels en Europe et un au Québec.

« La profitabilité de Famar n'est pas suffisante pour faire face à la dette ». La déclaration du président du groupe, auprès de l'AFP. Patrick Puy, arrivé à son poste en mai dernier, précise que le mandat confié en juin à la banque d'affaires Lazard doit permettre de vendre ses 12 sites industriels situés en Europe et au Québec. Ils seront vendus comme un groupe ou séparément.

Famar possède quatre unités en France: à Orléans-La Source dans le Loiret, à L’Aigle dans l'Orne, à St-Rémy-sur-Avre dans l'Eure et à St Genis Laval près de Lyon. Ils contribuent à un chiffre d’affaires France d’environ 220 millions d’Euros.

Le site de St Genis Laval situé dans le Rhône a lui fait l'objet d'une demande de placement en redressement judiciaire le 24 juin. « Pas très optimiste » concernant ce site « invendable », Patrick Puy envisage à terme la reprise de 60 emplois « au maximum » sur environ 300, en le transformant par exemple en un parc technologique à l'activité plus diversifiée.

Une situation qui inquiète les syndicats. « Le risque de démantèlement de cet outil industriel est important », estiment les organisations syndicales CGT, CFE-CGC et FO. « Si aucune issue n'est trouvée, certains patients n'auront plus accès à leurs traitements », ont-elles alerté. Le site formule et conditionne des médicaments sous différentes formes galéniques: comprimés, poudre, crèmes, et sirops jusqu'en avril 2019.

Les syndicats ont dénoncé « la cupidité » de KKR, repreneur du groupe en 2017, pour avoir poursuivi « le désengagement industriel ».

Patrick Puy avait été nommé en mai dernier pour tenter de redresser la barre du groupe de 3 400 salariés confronté à une dette de 200 millions d'euros.

Sandrine Serais