BFM Business

Retraite chapeau : Varin « comprend » les réactions qui reposent sur « des idées fausses »

Philippe Varin

Philippe Varin - -

Philippe Varin, PDG sortant de PSA, a assuré mercredi « comprendre » les réactions suscitées par l'annonce d'une provision de près de 21 millions d'euros pour sa retraite complémentaire.

Philippe Varin se défend. Le PDG sortant de PSA Peugeot Citroën a assuré mercredi « comprendre » les réactions suscitées par l'annonce d'une provision de près de 21 millions d'euros pour sa retraite complémentaire. Mais il précise qu'elles « reposent sur des idées fausses ». « A mon départ du groupe, le moment venu, je ne toucherai aucune indemnité de départ », a-t-il assuré, interrogé sur France Info, tout en reconnaissant qu'il « bénéficiera d'une retraite complémentaire d'environ 300 000 euros net annuel ». Pour cette retraite chapeau, PSA a provisionné la somme faramineuse de près de 21 millions d'euros.

« zéro stock option et zéro bonus »

« Je ne toucherai donc ni maintenant, ni plus tard, la somme des 21 millions d'euros dont on parle », a-t-il poursuivi, soulignant qu'il avait « volontairement renoncé à toute rémunération variable » : « J'ai donc zéro stock option et zéro bonus ».
Le président du directoire du constructeur automobile, qui devrait quitter ses fonctions au printemps, a encore précisé avoir demandé au "Haut Comité de Gouvernement d'Entreprise", l'instance déontologique autonome du patronat français, de « statuer sur (s)on cas » et assure qu'il ne touchera « pas un centime qui ne serait pas conforme à son avis ».

« Des montants inappropriés », selon le gouvernement

Le gouvernement français n’a pas tardé à réagir, et demande à PSA de reconsidérer le montant ou les modalités de la retraite chapeau de Philippe Varin. « Le niveau ou les modalités telles qu'elles ont été communiquées doivent être reconsidérés », a dit le ministre du Redressement productif, à la sortie du conseil des ministres, aux côtés du ministre de l'Economie. « Ces montants nous paraissaient inappropriés », a-t-il ajouté et « l'entreprise a imposé des sacrifices à ses salariés importants ». « Il est naturel que cette décision, à l'évidence inappropriée, soit reconsidérée », a poursuivi Arnaud Montebourg. Il a rappelé les difficultés économiques et financières actuelles de PSA et que l'Etat avait accordé une garantie à la banque de PSA à hauteur de 7 milliards d'euros. 

Le titre de l'encadré ici

|||>> PSA : 21 millions d'euros de retraite pour P. Varin, choquant ?

>> Varin : l'instance déontologique du patronat s'auto-saisit

La rédaction avec AFP