BFM Business

Pret A Manger va supprimer 2.800 emplois

L'enseigne Pret A Manger est connue pour ses sandwiches, salades et autres plats préparés.

L'enseigne Pret A Manger est connue pour ses sandwiches, salades et autres plats préparés. - SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

La chaîne britannique de restauration rapide Pret A Manger a vu ses ventes plonger à cause de la crise sanitaire.

La chaîne britannique de restauration rapide Pret A Manger a annoncé jeudi avoir supprimé 2.800 emplois, après une chute drastique de ses ventes pendant l'épidémie de Covid-19. L'entreprise avait annoncé le mois dernier la fermeture définitive de 30 de ses 410 magasins au second semestre 2020, expliquant avoir subi "d'importantes pertes d'exploitation".


Bien qu'il y ait eu "des signes clairs de reprise" de la fréquentation depuis l'assouplissement du confinement, les ventes de la chaîne sont en baisse d'environ 60% par rapport à la même période l'an dernier, selon l'entreprise, qui emploie 13.000 personnes dans 550 magasins à travers le monde, dont 8.000 au Royaume-Uni. Sa stratégie de "suivre les gratte-ciels" des quartiers d'affaires, désormais désertés à cause de la pandémie, se retourne aujourd'hui contre le groupe. Les quartiers des centres villes et notamment d'affaires comme à Londres dans la City ont vu leur fréquentation s'effondrer pendant le confinement puis avec la poursuite importante du télétravail. La réduction des effectifs a été motivée par "des horaires d'ouverture plus courts, des niveaux de vente inférieurs et les pertes subies par l'entreprise en 2020", explique Pret A Manger.

"Le temps de s'adapter"

En plus de ces suppressions de postes en magasins, 90 autres postes ont été supprimés dans les équipes du centre de support de l'entreprise. Environ 1.000 autres postes au sein de l'entreprise ont été préservés après que les employés ont accepté de réduire leur nombre d'heures travaillées. "Bien que nous commencions à voir une reprise régulière mais lente, la pandémie a emporté près d'une décennie de croissance à Pret", a déploré le directeur général Pano Christou dans un communiqué. Il a exprimé l'espoir que le soutien financier du gouvernement au secteur se "poursuivra aussi longtemps que possible pour donner à Pret le temps de s'adapter".

J. B. avec AFP