BFM Business

Plateforme d'Amazon à Lyon: le rapporteur public préconise d'annuler le permis de construire

Amazon

Amazon - Philippe LOPEZ / AFP

Le rapporteur public du tribunal administratif de Lyon a jugé "recevables" les requêtes d'associations et de riverains qui s'inquiètent des nuisances environnementales liées à l'implantation de cette gigantesque plateforme logistique près de l'aéroport.

Le rapporteur public du tribunal administratif de Lyon a préconisé ce jeudi d'annuler le permis de construire d'une plateforme logistique géante du groupe américain Amazon, prévue près de l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry. Le rapporteur, dont les conclusions sont le plus souvent suivies par le tribunal, a estimé "recevables" les requêtes d'associations de riverains dénonçant l'illégalité du permis de construire accordé par la mairie de Colombier Saugnieu (Rhône) pour cet entrepôt de 160.000 mètres carrés.

Le projet de plateforme, présenté par la presse locale comme le plus grand du groupe américain dans l'Hexagone, est porté par le promoteur Goodman France. L'Acenas (Association contre l'extension et les nuisances de l'aéroport Lyon-Saint-Exupéry) ainsi que l'association Fracture, ont déposé plusieurs recours en justice contre ce projet, espérant l'annulation du permis de construire et de l'autorisation environnementale.

Au mois de juin, les deux associations, qui s'inquiètent des nuisances environnementales liées à l'implantation de ce projet XXL, avaient tenté de faire annuler en urgence ce permis de construire. Alors sans succès. Ce jeudi, le tribunal se penchait sur le fond du dossier et les questions soulevées par les riverains. Les associations contestent en particulier le fait que ce projet soit prévu sur un terrain spécifiquement dévolu à des activités liées à l'aéroport. 

Augmentation du trafic de poids lourds de 65%

"Les préconisations du rapporteur public sont claires et tout à fait satisfaisantes sur la problématique principale de ce dossier: pourquoi là? Près de l'aéroport?", a réagi auprès de l'AFP Me Etienne Tête, avocat de l'Acenas. 

"Soit on dit que l'implantation de cette plateforme logistique n'a rien à voir avec l'aéroport et alors pourquoi la construire à cet endroit alors qu'il y a tant d'autres terrains disponibles? Soit le projet a besoin de fret aérien", avec les nuisances qui en découlent, poursuit Me Tête. Les avocats de Goodman et de la commune n'ont pas souhaité faire de commentaires à ce stade. 

Selon l'Acenas, ce projet engendrerait notamment un développement énorme du trafic des poids lourds et des véhicules légers sur un secteur de l'Est lyonnais déjà saturé. L'enquête d'utilité publique prévoit une augmentation de la circulation de plus de 65%. La décision sur le permis de construire et l'autorisation environnementale délivrée par le préfet sera rendue "dans les quinze jours à trois semaines" par le tribunal administratif, a indiqué le président. 

P.L avec AFP