BFM Business

OPA de Veolia sur Suez: Le Maire annonce saisir le gendarme de la Bourse "dès ce matin"

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'Elysée, le 20 janvier 2021

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'Elysée, le 20 janvier 2021 - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Le ministre de l'Economie a regretté une offre inamicale qui "contrevient aux engagements qui ont été pris à plusieurs reprises par Veolia".

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a annoncé ce lundi que le gendarme de la Bourse de Paris allait être saisi "dès ce matin", au lendemain de la décision de Veolia de lancer une offre hostile de rachat sur son concurrent Suez.

"Cette offre n'est pas amicale et cela contrevient aux engagements qui ont été pris à plusieurs reprises par Veolia. Elle pose aussi des questions de transparence. Pourquoi est-ce que, subitement, cette offre a été déposée? Donc nous allons saisir l'Autorité des marchés financiers dès ce matin", a déclaré Bruno Le Maire sur Europe 1.

OPA "clairement précipitée"

"Elle peut poser des problèmes de concurrence et elle clairement précipitée", a ajouté le ministre, qui a "appelé l'ensemble des parties prenantes à retrouver le chemin de la raison et du dialogue". Veolia, qui a acheté en octobre 29,9% du capital de son grand concurrent auprès de l'énergéticien Engie, a décidé de lancer son OPA sur le reste des actions, estimant que "ses tentatives répétées d'amicalité se sont toutes heurtées à l'opposition" de sa cible.

Le tribunal de commerce de Nanterre, saisi dimanche soir par Suez, a ordonné ce lundi à Veolia de suspendre le lancement de toute OPA contre son concurrent, dans l'attente d'un débat au fond sur ses précédents engagements d'amicalité.

Bruno Le Maire, qui avait encore estimé la semaine passée qu'une solution amiable entre les deux groupes était "à portée de main", a répété que, selon lui, "une opération de cette ampleur entre deux champions industriels français ne peut réussir que si elle est amicale". "Vous ne pouvez pas réussir une opération de cette importance contre les salariés (de Suez), qui se sont exprimés, contre le conseil d'administration, contre les clients, contre les usagers", a martelé le ministre de l'Economie à l'adresse de Veolia.

P.L. avec AFP