BFM Business

McDonald's, Leroy Merlin, Nicolas, KFC: ces enseignes qui reprennent leur activité après avoir fermé

Bien qu’autorisées à ouvrir, au moins partiellement, plusieurs enseignes ont décidé de fermer leurs portes mi-mars. Après avoir réfléchi à la manière dont elles pouvaient continuer à proposer leurs services tout en respectant strictement les règles sanitaires, certaines d’entre elles ont repris leur activité sous diverses formes.

Face à la propagation de l’épidémie de coronavirus, Emmanuel Macron ordonnait le 14 mars dernier la fermeture des commerces dits non essentiels. Certaines enseignes, pourtant autorisées à rester ouvertes, ont décidé de suivre le mouvement. D’autres ont dans un premier temps fermé leurs points de vente physiques mais poursuivi les services annexes de drive et de livraison à domicile avant que la mise en place du confinement sur l’ensemble du territoire national le 17 mars ne les pousse à cesser toute activité. 

Depuis, plusieurs d’entre elles ont pris le temps de réfléchir à une nouvelle organisation permettant de conjuguer la reprise partielle de l’activité avec le respect des règles sanitaires. C’est par exemple le cas de certains fast-food et magasins de bricolage qui proposent à nouveau leurs services en ayant parfois recours à des solutions innovantes. Tour d’horizon.

> McDonald’s

Contraint de fermer ses restaurants, le géant de la restauration rapide avait toujours l’autorisation de poursuivre son activité de drive et de livraison à domicile qu’il avait finalement décidé d’interrompre après l’entrée en vigueur du confinement. Mais depuis quelques jours, McDonald’s teste un "guide opérationnel visant à renforcer significativement les mesures sanitaires pour (son) personnel et (ses) clients" sur le canal du drive et de la livraison à domicile dans trois restaurants de la région parisienne et douze restaurants de l’Ouest de la France

Ce guide validé par un Comité scientifique composé d’experts en infectiologie et virologie prévoit notamment le port du masque obligatoire pour l’ensemble du personnel, un marquage au sol pour respecter la distanciation sociale, un renforcement de la fréquence de nettoyage des mains et des ustensiles ou encore l’interdiction du paiement en espèce. Le nombre de coursiers pour la livraison est également limité et un espace de remise de commande de livraison sécurisée a été mis en place dans chaque restaurant. 

Ces nouvelles mesures sont appliquées par des équipes volontaires qui seront amenées à se prononcer sur la poursuite du test toutes les 48 heures. Si les résultats sont concluants, les services de drive et de livraison seront de nouveau accessibles dans une trentaine d’autres restaurants dans le cadre de la phase 2 du test. 

> Pizza Hut/KFC

Après avoir interrompu leur activité, les deux enseignes du groupe Yum reprennent progressivement du service. Le 31 mars, Pizza Hut a en effet annoncé le retour de la livraison à domicile avec un système permettant de recevoir sa commande à domicile sans entrer en contact avec le livreur. 

Chez KFC, un dispositif sanitaire renforcé est testé avec l'appui de professionnels de santé et d'experts en infectiologie dans "quelques restaurants pilotes" sur les canaux du drive et de la livraison à domicile. "Cette nouvelle organisation sanitaire prévoit notamment une expérience client sans contact au drive et en livraison à domicile, un menu réduit pour simplifier nos opérations, préférence pour le paiement sans contact, limitation du nombre d’employés en cuisine pour éviter les croisements, fréquence augmentée du nettoyage des surfaces et le respect constant des gestes barrières et des distances minimum", détaille le groupe.

En revanche, il n’est toujours pas possible de déjeuner dans les restaurants KFC et Pizza Hut puisque seules les activités de livraisons et de drive sont autorisées. 

> Nicolas

Autorisés à ouvrir, les 500 magasins Nicolas avaient tout de même fermé leurs portes dès le 14 mars. "Depuis et pendant près de deux semaines, le réseau s’est mobilisé pour pouvoir mettre en place un plan de sécurité, permettant une réouverture de l’ensemble des points de vente", précise le caviste. 

Testé par les points de vente volontaires, ce plan n’autorise l’entrée dans les magasins que d’un client à la fois. Ce dernier a par ailleurs interdiction de toucher aux bouteille et seuls les paiements par carte bancaire son acceptés. 

Mercredi, les magasins Nicolas appliquant rigoureusement le plan sanitaire ont été autorisés à rouvrir en adaptant s’ils le souhaitent leurs horaires. Cela ne se fera néanmoins que de manière progressive. Pour l’heure, 297 des 500 points de vente ont repris leur activité au moins partiellement. L’enseigne développe en outre un système de drive piéton dans certains de ses magasins et poursuit la livraison à domicile. 

> Leroy Merlin

Si Leroy Merlin n’a pas rouvert ses magasins alors qu’il en avait le droit, l’enseigne spécialisée dans le bricolage a mis en place un système de drive avec retrait sans contact en plus de la livraison à domicile depuis le 24 mars. Ce service est limité aux produits de première nécessité et de dépannage, soit 6824 références disponibles sur 50.000.

Une fois le panier commandé et payé en ligne, le retrait s’effectue sur le parking. Le client est invité à se garer sur la place qui lui est réservée afin qu’un conseiller dépose sa commande devant le coffre de sa voiture. C’est ensuite au client de descendre de son véhicule pour charger sa commande dans le coffre en s’assurant que le conseiller s’est éloigné. 

Le drive de Leroy Merlin n’est assuré que par des équipes volontaires. 20 personnes maximum peuvent travailler sur site. 

> Castorama/Brico Dépôt

Même logique pour les deux enseignes du groupe Kingfisher qui ont fait le choix de ne pas rouvrir leurs magasins pour assurer la sécurité de leurs clients et collaborateurs. A la place, elles ont installé sur les parkings de certains points de vente un drive destiné là-encore à l’achat de produits de première nécessité. 

"On a essayé de réfléchir à une alternative. On peut tous avoir une fuite d’eau, ou une chaudière qui tombe en panne. Il fallait être en mesure de répondre à ces besoins", explique le groupe. Le retrait de la commande s’effectue sous 48 heures. Sur place, le client montre son bon à travers la vitre de sa voiture de manière à ce qu’il n’entre pas en contact direct avec les employés présents sur le site. La commande est ensuite déposée dans le coffre. 

Ce service est proposé depuis le 24 mars par les magasins Castorama et Brico Dépôt sur la base du volontariat. Les points de vente situés dans les zones les moins touchées par l’épidémie ont été privilégiés pour mettre en place ce dispositif. 

> Interflora

Comme les restaurateurs ou les opticiens, les fleuristes ne sont pas autorisés à accueillir les clients en magasin. Ils peuvent néanmoins assurer la réalisation de bouquets livrées à domicile ou de couronnes mortuaires remises aux organisateurs d'obsèques. Près de 10% des 12.000 fleuristes recensés en France ont décidé de poursuivre leur activité, observe leur fédération professionnelle. Et Interflora a décidé de relancer son service de prise de commandes à compter de mardi mais uniquement en Ile-de-France. 

Paul Louis