BFM Business

Coronavirus: un nouveau décret précise les magasins et services qui ont le droit d’ouvrir

Edouard Philippe a annoncé la fermeture “dès minuit” des “lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays”afin de lutter contre la propagation du covid 19.

Edouard Philippe a annoncé la fermeture “dès minuit” des “lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays”afin de lutter contre la propagation du covid 19. - Kenzo Tribouillard- AFP

En complément du décret paru dimanche, un nouveau texte a été publié ce matin au Journal officiel pour préciser les établissements qui ont le droit de continuer leurs activités. On y trouve les garagistes, les vendeurs de matériel informatique mais aussi les magasins de bricolage et les blanchisseries.

Samedi soir, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé la fermeture “dès minuit” des “lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays” afin de lutter contre la propagation du covid-19. Mais le premier décret publié samedi matin laissait planer quelques incertitudes sur les établissements concernés. Si les centres commerciaux faisaient bien parti de la liste des magasins ne pouvant plus accueillir du public, rien n’était dit sur les commerçants de centre-ville.

Cette fois-ci le texte publié au journal officiel de ce 16 mars précise bien que les "magasins de vente et Centres commerciaux, sauf pour leurs activités de livraison et de retraits de commandes" ne peuvent plus accueillir de public jusqu'au 15 avril.

Poissonneries et boucheries restent ouvertes

Mais pour lever tous les doutes, le décret donne la liste des magasins qui peuvent continuer leur activité, qui s’ajoute à celle déjà connue (pharmacies, stations-service, bureaux de tabac, banques..). Il y a parmi eux les professionnels spécialisés dans l’entretien et la réparation de véhicules automobiles, de véhicules, engins et matériels agricoles, les commerces d'équipements automobile et ceux oeuvrant dans la réparation de motocycles et cycles.

Pour ce qui est de l’alimentaire, les magasins de produits surgelés, d'alimentation générale, les supérettes, les supermarchés, les magasins multi-commerces et les hypermarchés peuvent continuer à exercer leurs activités. Les boutiques de fruits et légumes, les bouchers, les poissonniers, les boulangeries, tout comme les commerce de détail de boissons en magasin spécialisé ont eux aussi le droit de continuer à accueillir des clients. Les banques alimentaires elles aussi-pourront continuer à assurer leurs services.

Acheter et faire réparer son ordinateur

Les commerces spécialisés dans l’équipement informatique vont également pouvoir poursuivre leurs ventes. Le texte parle des "Commerce de détail d'équipements de l'information et de la communication en magasin spécialisé", "Commerce de détail d'ordinateurs, d'unités périphériques et de logiciels en magasin spécialisé", "Commerce de détail de matériels de télécommunication en magasin spécialisé". Les professionnels spécialisés dans la réparation de ces équipements pourront continuer de travailler.

Les établissements de bricolage spécialisés dans le matériaux de construction, quincaillerie, peintures et verres et les commerces de détails d'aliments et fournitures pour les animaux de compagnie sont eux aussi assurés d'ouvrir.

Les pompes funèbres toujours à l'oeuvre

Les blanchisserie-teinturerie, de détail et de gros, vont continuer à accueillir du public. Les services funéraires vont continuer d'oeuvrer. Les hôtels peuvent aussi continuer à exercer, tout comme les "Hébergement touristique et autre hébergement de courte durée lorsqu'il constitue pour les personnes qui y vivent un domicile régulier ", autrement dit les chambres d’hôtes

Le nouveau décret ajoute aussi à la liste des établissements ayant pour obligation de fermer. Sont ainsi visés les chapiteaux, tentes et structures, les établissements de plein air , et les établissements d'éveil, d'enseignement, de formation, centres de vacances, centres de loisirs sans hébergement.

Coralie Cathelinais