BFM Business

Manifestation d'ostréiculteurs à Paris

Environ 300 ostréiculteurs ont déversé des tas de coquilles d'huîtres sur le pont de l'Alma, non loin des Champs-Elysées, à Paris, pour interpeller les pouvoirs publics sur les difficultés de leur profession. /Photo prise le 5 mai 2010/REUTERS/Benoît Tess

Environ 300 ostréiculteurs ont déversé des tas de coquilles d'huîtres sur le pont de l'Alma, non loin des Champs-Elysées, à Paris, pour interpeller les pouvoirs publics sur les difficultés de leur profession. /Photo prise le 5 mai 2010/REUTERS/Benoît Tess - -

PARIS - Environ 300 ostréiculteurs ont manifesté mercredi matin à Paris pour protester contre ce qu'ils considèrent comme la menace de disparition...

PARIS (Reuters) - Environ 300 ostréiculteurs ont manifesté mercredi matin à Paris pour protester contre ce qu'ils considèrent comme la menace de disparition de leur profession, touchée par les tempêtes, la crise et les maladies.

Arrivés à l'aube, les professionnels ont déversé des tas de coquilles d'huîtres sur le pont de l'Alma, non loin des Champs-Elysées, pour interpeller les pouvoirs publics.

"Sans huîtres l'ostréiculture disparaît", "L'ostréiculture en danger, l'Etat nous laisse crever", "Sarko, sauve les ostréo", pouvait-on lire sur les banderoles et les camions des manifestants.

Une délégation a été reçue dans la matinée par le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire.

Ce dernier a pris rendez-vous avec les représentants de l'organisation professionnelle conchylicole et des élus des régions concernées pour le 26 mai prochain.

Bruno Le Maire organisera ensuite au mois de juin des Assises de la conchyliculture qui "permettront de fixer les axes d'avenir pour cette filière durement éprouvée par cette crise sans précédent", écrit le ministère dans un communiqué.

Le ministère rappelle que le gouvernement est intervenu à hauteur de 80 millions d'euros depuis 2008 pour soutenir les professionnels touchés par la surmortalité des naissains d'huîtres qui frappe le secteur ostréicole depuis deux ans.

La commercialisation des coquillages est régulièrement interdite en raison de la présence de toxines pouvant provoquer des troubles digestifs chez les consommateurs.

Le bassin d'Arcachon, en Gironde, les côtes de Charente-Maritime et de Vendée, par ailleurs balayées par la tempête Xynthia fin février, sont particulièrement touchées.

Selon des chiffres du Comité national de la conchyliculture, l'ostréiculture française occupe la première place européenne avec 130.000 tonnes d'huîtres par an.

Benoît Tessier et Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse