BFM Business

Manifestation contre la LGV dans le Lot-et-Garonne

MANIFESTATION ANTI-LGV DANS LE LOT-ET-GARONNE

MANIFESTATION ANTI-LGV DANS LE LOT-ET-GARONNE - -

BORDEAUX - Environ 2.100 personnes selon la gendarmerie, 3.700 selon les organisateurs, ont manifesté samedi à Nérac (Lot-et-Garonne) contre les...

BORDEAUX (Reuters) - Environ 2.100 personnes selon la gendarmerie, 3.700 selon les organisateurs, ont manifesté samedi à Nérac (Lot-et-Garonne) contre les projets de lignes ferroviaires à grande vitesse (LGV) dans le sud-ouest.

A l'initiative de l'association Très Grande Vigilance en Albret (TGV en Albret), les manifestants venus des régions Midi-Pyrénées et Aquitaine ont défilé bruyamment en musique en brandissant des pancartes et des banderoles telles que "les Landes ne sont pas à vendre" ou "Argent public gaspillé".

Parmi les manifestants se trouvaient des membres d'associations de défense de l'environnement telle que la Fédération des sociétés pour l'étude, la protection et l'aménagement de la nature dans le Sud-Ouest (Sepanso) et des représentants de partis politiques comme le NPA ou Europe-Ecologie, parmi lesquels le député Verts Noël Mamère.

De nombreux maires ont également défilé avec leur écharpe tricolore.

"Nous sommes à 300% pour un TGV sur des voies existantes modernisées et rénovées et contre une nouvelle ligne à grande vitesse qui défigure nos territoires et coûte horriblement cher aux contribuables", a indiqué à Reuters la vice-présidente de TGV en Albret, Catherine Aimé.

Des manifestations précédentes ont eu lieu au Pays basque et dans le sud-Gironde.

Une nouvelle manifestation est prévue le 20 mars à Montauban dans le Tarn-et-Garonne.

Les deux lignes sont prévues pour relier en 2020 Bordeaux à Hendaye à la frontière espagnole, avec une branche du sud-Gironde à Toulouse.

La LGV reliant Tours à Bordeaux, en cours de construction, devrait être mise en service en 2016.

Claude Canellas, édité par Véronique Tison