BFM Business

Le marché automobile reste solide

-

- - -

Malgré une légère baisse en octobre, le marché automobile confirme sa solidité

Dans un marché très perturbé par la mise en place des nouvelles normes anti-pollution, il faut regarder le marché sur plusieurs mois pour en saisir l'évolution, et l'on reste après 10 mois sur une hausse très solide de 5,7% encore au-dessus des prévisions les plus optimistes des constructeurs. Renault par exemple envisage un marché qui ne devrait progresser que de 4%, ce qui reste une performance et maintient les volumes en France au-dessus de la barre des 2 millions de véhicules immatriculés, le Comité des Constructeur Français d’automobiles table sur 5% et l’Observatoire Cetelemsur 5,2%

Après un mois d'août qui avait vu les immatriculations s'envoler de 40%, du fait d’un effort sans précédent des constructeurs pour immatriculer leurs stocks avant la mise en place des normes dites WLTP, le marché avait encaissé une nette baisse en septembre (-12,8%) et retrouve son rythme de croisière en octobre, tiré par l'investissement des entreprises puisque le marché des véhicules utilitaires grimpe de près de 7%. Le marché au global est parfaitement stable, il est en légère baisse d’1,52% sur le seul segment des voitures particulières.

Dans le détail, et sur 10 mois, il se confirme que Dacia et Peugeot sont les marques en forme. +21% pour la filiale de Renault, +8,29% pour Peugeot. Dans la foulée de Dacia, les marques entrée de gamme de Volkswagen, Seat et Skoda, signent aussi de solides performances (+19,26 pour Skoda, +25,87 pour Seat). DS confirme son redémarrage (+16,4%), la marque Renault a plus de mal, seulement 2% de croissance. Enfin les allemands, très en retard dans les homologations WLTP, ne signent au mieux qu’une faible progression ( +0,9 pour Volkswagen), plus souvent une baisse (-1,65% pour BMW), voir un net recul (-17,66% pour Audi)

Quelle prime à la conversion?

Un élément pourrait toutefois pertuber la fin : l’attente de la « prime conversion » que négocient encore les constructeurs et le gouvernement. Pour l’instant elle varie de 1.000 à 2.500€ en fonction de la situation fiscale de l’acheteur, et le gouvernement espère en doubler le montant avec le concours des constructeurs. Une prime qui concerne aussi le marché de l’occasion et pourrait donc amener un peu de confusion. Pas de quoi toutefois faire rater les objectifs d’une nouvelle année de croissance. Certains acheteurs se posent moins de questions, l’une des plus fortes progressions du marché c’est Rolls Royce : 8 Rolls avaient été vendues en France l'année dernière à la même époque, cette année la filiale grand luxe de BMW en a vendu 16